La réussite selon Sophie de Menthon

Par Amal H mardi 18 avril 2017 - Temps de lecture: 4 minutes et 7 secondes -

La réussite selon Sophie de Menthon

Interview d’une business woman !

Sophie de Menthon, vous la connaissez en tant que Présidente de l’organisation ETHIC sur les plateaux télé ! Quoi de plus logique ? Elle est réélue à la tête de cette organisation, tous les 3 ans depuis plus de 20 ans ! Mais surtout vous l’écoutez à la radio ! Qui est-elle ? Quel est son parcours ? Comment s’est-elle lancée dans l’entreprenariat ? Que pense-t-elle de la place des femmes dans l’entreprise ? Ses échecs, ses succès, son idée du bonheur ? Nos questions, ses réponses !

BY : Comment votre parcours professionnel a-t-il commencé ?

SdM : J’ai eu mon premier bébé à 20 ans.je voyais déjà ma vie se résumer à être mère au foyer , Gros stress ! J’ai eu alors l’idée de développer et de faire connaitre en France le télémarketing. Le marché s’est développé en même temps que la boîte et les enfants …En parallèle, j’ai écrit une vingtaine de bouquins

BY : Des hommes ou des femmes vous ont aidé durant votre carrière ?

SdM : De manière générale, ce sont les hommes qui m’ont beaucoup aidée et qui ont été de vrais soutiens . Notamment, Alain Madelin, Ministre de l’Industrie de l’époque. A ses côtés, j’ai pu découvrir le libéralisme et ce qui empêchait les entreprises de se développer il est à l’origine de mon intérêt pour la chose publique ..

BY : Où sont les femmes dans votre parcours professionnel ?

SdM : J’en ai finalement peu rencontré à mon niveau. Présidente de ma boite et présidente d’ETHIC, à ce niveau-là, on croise surtout des hommes, peu de femmes sont en haut de l’échelle et globalement, trop rares sont les femmes chefs d’entreprise ! A ETHIC, il y a 95% d’hommes ! Ca s’arrange, mais pas si vite et puis Il y a comme un problème de solidarité féminine, dans les entreprises, mais surtout en politique. Cela s’explique. Pour une femme, la place est trop dure à conquérir ! Ce qui les rend moins enclines à faciliter le parcours d’obstacles des autres.

BY : Cela évolue. Pourquoi si peu de solidarité féminine entre elles encore aujourd’hui ?

SdM : Moi-même, je ne fais pas particulièrement la promotion des femmes sur le plan professionnel. Je fais la promotion des gens efficaces ! Certaines sont formidables, décomplexées et bien dans leur peau. Celle qui a le plus de mal à s’épanouir c’est la femme de 40 ans stressée qui a fait ses enfants tardivement. Elle se retrouve surchargée dans le travail et à la maison, et elle culpabilise à la fois à la maison et au travail. Mon conseil est de faire les enfants plus tôt . En fait je dirais que les femmes ont un boulevard, à elles de s’emparer du pouvoir . Bien sûr ce n’est toujours facile et faisons une exception évidemment pour les femmes qui sont sous l’autorité des « salauds de patrons »

BY : Par rapport à votre philosophie de vie, que vous ont appris vos échecs ?

SdM : Je n’ai pas la sensation d’avoir vraiment vécu des échecs. Sauf un seul, que je considère d’ailleurs comme injuste, mon éviction de RMC, qui ne m’a ni servi ni été bénéfique ! Heureusement, j’ai retrouvé un poste dans une radio formidable ! Mais ça reste encore quelque chose de brûlant, comme un deuil encore vivant. D’ailleurs, je m’en remettrais plus vite si plus personne ne m’en parlait. Mais ça fait 3-4 ans que l’on me parle tous les jours de mes interventions dans les GG

BY : Comment voyez-vous la suite ?

SdM : Je tiens une rubrique hebdomadaire dans Valeurs Actuelles, mais j’aimerais davantage écrire. J’ai un projet d’écriture d’un livre à quatre mains avec ma fille Alexia Delrieu qui est aussi sculpteur. Et puis, j’ai retrouvé en Sud Radio une équipe très sympathique. Je continue mes luttes pour imposer en France une culture d’entreprise dès l’école.

BY : A propos d’eux, un mot aux hommes et aux femmes politiques en campagne présidentielle ?

SdM : j’ai été catastrophée par l’aspect éthique de cette campagne, le nivellement par le bas et l’absence de pédagogie économique. Que dire à nos enfants face à ce spectacle désastreux ?

BY : Vous avez créé la journée « J’aime ma boîte » (19 octobre), quelles sont ses valeurs ?

SdM : Aucune valeur ! Sinon le témoignage qu’on est heureux dans son boulot. C’est comme une fête de la Saint Valentin pour l’entreprise ! Le principe et d’organiser des témoignages chaleureux et festifs. Une jolie idée par exemple :aux éditions Eyrolles, ce jour-là, chaque salarié offre un bouquin à un autre salarié.

BY : Un conseil aux entrepreneurs en herbe ?

SdM : On peut donner des conseils techniques. Mais être entrepreneur, c’est avant tout un caractère & et un état d’esprit. On ne s’improvise pas entrepreneur ! L’envie d’entreprendre est là toute la journée. C’est un véritable réflexe ! L’autre aspect de l’entreprenariat, c’est prendre en charge des hommes et des femmes. Pour cela, il faut avoir du leadership et se sentir capable de résoudre des crises. Il ne faut pas croire : Les spécialistes le disent, seule 5% de la population est capable de gérer une boîte avec des salariés.

BY : Selon vous, quelle est la principale qualité d’un entrepreneur ?

SdM : la créativité, l’opiniâtreté et L’autorité ! Tous les jours, il faut trancher et imposer.

BY : C’est quoi la réussite selon Sophie de Menthon ?

SdM : La poursuite du bonheur donc de l’amour ! Peu importe la réussite tant que vous êtes heureux. Il faut être épanoui dans sa vie privée et professionnelle ! Chacun à son concept de la réussite et les hommes et les femmes divergent beaucoup . Personnellement, j’ai réussi à monter ma boite, à rester libre , à la vendre, à écrire , à intervenir dans les medias . Pour moi, la réussite, c’est l’enchainement de petites réussites , parfois modestes …

BY : Comment faites-vous pour rester zen ?

SdM : Mais je ne suis pas du tout zen, pas du tout (rire). Je suis angoissée, peur du lendemain, toujours le souci de l’avenir ! .Mais pour garder la forme et la cadence, je fais du sport, je prends des vacances et je fais des choses que j’aime ! J’ai eu de la chance de pouvoir toute ma vie travailler à mon rythme, je gère mon temps comme je veux c’est le plus grand des luxes

BY : Des gens, des exemples, sur lesquels vous vous êtes appuyée ?

SdM : Appuyer ? Sur personne sinon ma famille… Mais influencée par certaines personnalités comme Alain Madelin ! Je l’appelle quand j’ai besoin de savoir quoi penser sur un plan politique ou économique .Mais aussi, Luc Ferry, pour lequel j’ai une grande affection intellectuelle… Mon amie Evelyne Prouvost qui dirige le groupe Marie-Claire avec une analyse un bon sens lumineux sur tous les sujets. J’aime les gens intelligents et je fais de la discrimination positive autour de moi !

Merci Sophie De Menthon 😉

Blooming You : Votre Blog sur le Bonheur et le Développement Personnel : La réussite selon Sophie de Menthon Cliquez ici pour plus d’articles.

Like bloomingyou on Facebook

À lire également

Les + populaires

Bloomingyou.fr a l’ambition de donner à ses lecteurs une matière inspirante et résolument optimiste pour une vie heureuse !

Le site vous apporte, grâce à une communauté de passionnés, les clés de compréhension pour un mieux être du corps et de l’esprit.

Rejoignez-nous !

Faites le plein d’ondes positives

Likez bloomingyou sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* : champs obligatoires

2 commentaires
  • Répondre isabelle bellucci jeudi 20 avril 2017 à 12 h 45 min

    Comme symbole chez Bloomingyou il y a mieux que Sophie de Menthon
    entre son point de vue « sur le travail des enfants »,, « les femmes qui se font siffler dans la rue » « qu’il n’y a pas de solidarité entre les femmes dans les entreprises » etc… pour elle tout ça est normal ?!! je ne sais pas sur quelle planète elle est ou quelle époque, mais moi qui suit entrepreneuse avec ma fille et mon mari on pense et on fait tout le contraire j’aime beaucoup votre blog mais là je ne sais pas quoi penser !!

    • Répondre Amal H vendredi 21 avril 2017 à 12 h 03 min

      Bonjour Isabelle,
      merci tout d’abord pour votre message et votre témoignage de fidélité.
      Il est vrai que Sophie de Menthon est un personnage « clivant » mais je trouvais intéressant qu’elle puisse
      exprimer son point de vue.
      Belle journée,
      Amal

Faites le pleins d’ondes positives