back to top
Recherche

Rejoignez Bloomingyou, média libre, curieux et heureux
grâce à ses lecteurs

Cet article est réservé aux membres
inscrits à la newsletter

Déja inscrit ?
Je me connecte

Le bonheur comme état d’esprit,
c’est notre mantra chez BloomingYou!

Nous décryptons les mécanismes
entre corps et esprit et les
connaissances utiles à l’épanouissement
individuel et collectif.

Inscrivez-vous gratuitement
pour poursuivre votre lecture

Inscrivez-vous gratuitement
pour poursuivre votre lecture

MON PANIER

Votre panier est vide.

Profitez des contenus de Bloomingyou
en illimité !

Plus d'infos !

Vous avez bénéficié de 2 articles
gratuits pour découvrir Bloomingyou

Profitez d'un accès illimité et sans engagement à nos contenus
à partir de 1,90€ par semaine

Je ne souhaite pas m'abonner ?
Dites-nous pourquoi… →
  1. Home
  2. /
  3. Relations interpersonnelles, Savoir être, Confiance en soi, Se connaître
  4. /
  5. Ce que dit votre langage corporel de vous ?

Ce que dit votre langage corporel de vous ?

  • mis à jour le mardi 25 mai 2021
  • 8 Min de Lecture

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Le langage corporel : un art plus qu’une science  

Le verbe ébranlé

Qui n’a jamais voulu accéder aux arrière-pensées de son prochain, que cela soit son patron, son client, son conjoint ou son ado ?

Si la télépathie est un don prêté à de rares élus, il est une discipline plus accessible aux communs des mortels, qui est la lecture du langage corporel, connue aussi sous le nom de synergologie ou de langage des gestes.

Cette discipline ludique revêt toutefois un certain sérieux puisque de nombreux spécialistes de la communication reconnaissent qu’un message se transmet à 70 % par la gestuelle, et seulement à 30 % par les mots.

Le psychologue américain Paul Ekman, l’un des premiers à s’intéresser au langage corporel, démontra en 1969 que lorsque les mots et les gestes se contredisent, on fait davantage confiance à ses derniers.

Depuis, le langage corporel s’est rendu populaire en Occident grâce aux séries policières américaines comme Lie to me. Certaines idées sont devenues tout autant populaires. Par exemple croiser les bras indiquerait un signe de fermeture d’esprit ou de désaccord. Ce qui n’est pas forcément le cas, car c’est aussi un signe de détente ou l’indication que l’on a froid.

Quand on aborde l’humain, et le vivant d’ailleurs, il faut se garder des généralités. Non seulement le langage corporel est loin d’être une science exacte, mais par ailleurs, notre caractère unique implique que nous allons développer un langage corporel propre à chacun, et de surcroit adapté en fonction de certaines spécificités.

Les spécificités du langage corporel

Le langage corporel n’est ni naturel ni universel. Il est tout à la fois :

  • Par exemple, en Occident, un enfant regarde ses parents dans les yeux pour témoigner de son écoute, et donc de son respect. En Afrique, l’enfant le témoigne en baissant les yeux.
  • Notre façon de parler, de s’habiller et de bouger correspond à notre groupe social.
  • Devant son banquier avec qui on essaie de négocier un prêt, ou son ami en terrasse, le langage corporel sera différent.
  • On note quelques différences dans le langage corporel des hommes et des femmes, notamment dans le cadre de la séduction et de la relation amoureuse. Par exemple, les femmes passent 3 fois plus leurs mains dans leurs cheveux que les hommes. Et lors d’une prise de parole ou d’une action de séduction, les hommes vont plutôt remonter leur pantalon et les femmes leurs manches.

Conclusion ? Il est dangereux de ne se limiter qu’à un seul signe ou geste, et de ne lui prêter qu’une seule définition. La meilleure approche pour décrypter une personne est de rassembler le maximum d’indices pour se faire une idée plus juste.

Il est également judicieux de s’appuyer sur son intuition comme le préconise Isabelle Duvernois, psychologue clinicienne, consultante et enseignante à l’université de Paris V René Descartes et à l’IUT de Paris.

Auteure de « Décoder le langage corporel » paru aux éditions Larousse, Isabelle Duvernois nous livre quelques clés de lecture du corps pour mieux comprendre notre prochain,  communiquer et nous accompagner dans la vie professionnelle comme personnelle.

Les clés essentielles pour décrypter le langage corporel

Les gestes d’ouverture et de réceptivité à l’autre

Commençons par les grandes lignes avec les postures traduisant l’état d’esprit d’une personne accessible et propre à l’écoute.

  • Les gestes indiquant que la personne est réceptive à vos propos :
    • Tête et buste inclinés en avant
    • Epaules dégagées et détendues
    • Sourire aux lèvres
    • Mains visibles et tendues comme pour rechercher le contact tactile
    • Main croisées et épaules détendues
    • Bras croisés et épaules détendues
    • Paumes ouvertes
    • Jambes décroisées
    • Regard fixe et droit. Fiez-vous au regard, il se pose toujours sur l’endroit qui a capté notre intérêt.
  • Si jamais certains de ces éléments sont présents mais que la tête et le buste sont inclinés en arrière, cela indique que la personne a besoin de réfléchir à vos propos.

Ce que dit le langage corporel de vous ?

Les gestes de fermeture (repli, fuite, colère contenue)

  • Pour savoir quand votre interlocuteur s’ennuie, ou a simplement envie d’être ailleurs pour une raison qui peut être simplement une mauvaise gestion de son stress, voici les indices corporels :
    • Tête et buste penchés en arrière
    • Regard dispersé, voire fuyant
    • Absence de sourire,
    • Mains croisées, poings fermés et épaules tendues
    • Bras croisés et épaules tendues
    • Jambes croisées et repliées sous la chaise
    • Jeu de jambes croisées et décroisées
    • Gestes d’agitation : fouiller son sac, se ronger les ongles, jouer avec un stylo ou un trombone.
    • S’asseoir sur le bord de la chaise
    • Tous les gestes associés au toucher ou grattage de son visage (nez, oreille, nuque, le haut de la tête etc.)

Pour l’anecdote, nous ne nous grattons pas un endroit du visage par hasard, c’est une réminiscence d’un geste de réconfort autrefois prodigué par nos parents pour nous consoler.

  • Si vous notez un de ces éléments mais que la personne en face a la tête et le buste penchés en avant, c’est le signe d’une colère contenue.

Comment réagir quand vous sentez la tension de votre interlocuteur et avez besoin de faire descendre la pression ? En vous mettant en mouvement, comme vous lever de votre siège et converser en parlant, ou en lui servant à boire. L’idée étant de l’obliger à changer sa posture.

Les gestes d’autorité ou de domination

Il y a une position qui est le grand signe marqueur d’autorité et de domination, c’est le « clocher dressé ». Les coudes sont posés sur la table, les paumes et le bout de ses doigts se touchent. Cette posture rappelle un peu celle de la prière.

Une poignée de main peut s’avérer également très révélatrice :

  • Une main tendue avec hésitation et mollesse traduit du mépris ou de la timidité.
  • Une main tendue avec la paume vers le haut pour que vous déposiez la vôtre est une invitation à vous appuyer sur la personne. En fonction du contexte, cela peut être protecteur ou un peu paternel.
  • Une main tendue avec la paume vers le bas est une des poignées de main caractéristique du dominateur.
  • La seconde main posée sur une poignée de main peut également émaner d’un dominateur. Une autre alternative est de tenir le poignet, le coude ou l’épaule. En fonction du contexte, cette poignée est un geste d’amitié ou de pouvoir.

Terminons avec le regard. En Occident, il est d’usage de regarder dans les yeux son interlocuteur pour lui signifier qu’on s’intéresse à lui. Mais pour ne pas paraître insistant, on détourne le regard de temps à autre pour lui donner de l’espace. Dans le cas contraire, c’est qu’on cherche à l’intimider et à rentrer dans un rapport de force.

Enfin, vous remarquerez que les personnes en position de domination ne vous regardent jamais dans les yeux quand vous leur adressez la parole. Elles ne vous regardent qu’au moment où elles s’expriment. Encore un élément pour asseoir son autorité.

Comment inspirer confiance et sympathie grâce au langage corporel ?

Que cela soit dans la vie privée comme professionnelle, savoir se faire apprécier est toujours très agréable et même profitable d’après Robert Cialdini, psychologue social américain.

Une étude menée auprès de grandes entreprises a permis à R. Cialdini de confirmer ce que notre instinct nous laissait deviner : on conclut et traite les affaires non pas avec les plus compétents, mais les plus appréciés.

Comme dirait Jean Rostand, « il ne faut pas confondre le succès et le mérite. » L’humanité est ainsi faite que nous sommes plus des êtres d’affect que de raison.

Trois codes du langage corporel peuvent nourrir la confiance et la sympathie des autres à notre égard :

  1. Par le sourire.

A ce propos, Guillaume Duchenne, grand médecin du 19ème siècle et fondateur de la neurologie s’était intéressé aux faux et vrais sourires. Comment les distinguer ? La différence est assez simple. Un vrai sourire se signale par des lèvres et joues relevées, et surtout apparaissent au niveau des yeux les rides dites « pattes d’oie ». Dans un faux sourire, ces rides sont absentes et les lèvres s’étirent sur le côte au lieu de se relever. En outre, le faux sourire peut s’éterniser contrairement au sourire authentique.

  1. Par le regard droit et franc. Regarder son interlocuteur montre que l’on s’intéresse à lui.
  2. Buste droit, gestes souples.

Un troisième ingrédient à rajouter est celui de l’écoute active qui traduit notre empathie.

On a longtemps pensé que c’était notre tête qui gouvernait notre corps, mais leur relation est plus égalitaire qu’il n’y parait. Un sourire et une posture de confiance agissent directement sur notre état d’esprit comme l’avaient révélé l’étude de la psychologue social Amy Cudy, et celle des chercheurs A. Golec de Zavala, D. Lantos et D. Bowden menée en 2017.

Comment se protéger grâce au langage corporel ?

Pour terminer, nous allons aborder deux situations où quelques notions de langage corporel sont bienvenues : le mensonge et le harcèlement sexuel.

Comment savoir quand on vous ment ?

Commençons avec le mensonge. Certains signes d’agitation et de fuite mentionnés plus haut sont relativement proches de ceux du mensonge. Néanmoins, il y a quelques indices révélateurs :

  • Les lèvres serrées, sont le signe qu’on cherche à cacher une émotion comme la culpabilité, la colère ou le plaisir.
  • Un faux sourire figé.
  • Un regard soutenu. Contrairement à l’idée courante, un menteur ne détourne jamais son regard. C’est pour lui le seul moyen pour vous assurer de sa « bonne foi ».
  • Certains adeptes du langage corporel indiquent qu’un regard dirigé en haut à droite signifie que l’on fait appel à notre imagination, et à nos souvenirs lorsqu’il est dirigé en haut à gauche. Pourquoi ? Parce que l’hémisphère droit de notre cerveau est le siège de l’imagination et de l’intuition, tandis que l’hémisphère gauche est celui des souvenirs. Seulement, ce dernier critère n’est pas à prendre pour argent comptant, car d’autres experts le remettent en question.

Plutôt que par leur regard, les menteurs se trahissent davantage par leur manière de parler :

  • Leur rythme verbal est au ralenti ou découpé du fait de nombreuses pauses entre deux mots. Ils butent et cherchent leur mot.
  • Ils évitent de répondre à une question
  • Ils répètent exactement les termes de la question posée pour gagner du temps et réfléchir à une réponse.
  • Ils sont capables de répondre instantanément et sans hésitation à une réponse. Ce qui est le signe qu’ils ont appris un discours par cœur. Néanmoins, si on rentre dans les détails, ils sont vite perdus. Tout le contraire de la personne honnête qui peut se tromper dans ses souvenirs, mais est capable de donner de nombreux détails.

Comment se défendre face au harcèlement sexuel ?

Entre gêne extrême et état de sidération, ce n’est pas toujours évident de faire face à un agresseur ou tout autre boulet et pervers quand on n’a pas les armes.

Très souvent, on se contente de reculer de quelques pas en affichant un sourire contraint et figé. Seulement, cette tactique n’a jamais marché. Pire, les plus pervers y voit une invitation pour continuer.

Face à ce genre de situation, il n’y a pas d’autre choix que l’affrontement direct. Du coup, si on vous touche les épaules, le bras ou tout autre partie du corps, dégagez-vous avec force et énergie. Eloignez-vous et faites face. Ne souriez pas et d’une voix claire et haute, demandez à la personne d’arrêter son cirque ou ça se finira au poste de police.

Petit conseil amical, initiez-vous aux bases d’un sport de combat, vous gagnerez en posture et en confiance. Il y a peu de chances que les prédateurs, qui ont du nez mais aucune figure, viennent vers vous. Et même si c’est le cas, vous saurez les recevoir comme ils le méritent.

Source : Isabelle Duvernois, Décoder le langage corporel, éditions Larousse, 2021
écrit par

La rédaction

Relations interpersonnelles

Savoir être

Confiance en soi

Se connaître

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Replay

Hypnose médicale et santé selon la pensée chinoise

08/06/2021 à 19h00 Durée: 1h30