back to top
Recherche

Rejoignez Bloomingyou, média libre, curieux et heureux
grâce à ses lecteurs

Cet article est réservé aux membres
inscrits à la newsletter

Déja inscrit ?
Je me connecte

Le bonheur comme état d’esprit,
c’est notre mantra chez BloomingYou!

Nous décryptons les mécanismes
entre corps et esprit et les
connaissances utiles à l’épanouissement
individuel et collectif.

Inscrivez-vous gratuitement
pour poursuivre votre lecture

Inscrivez-vous gratuitement
pour poursuivre votre lecture

MON PANIER

Votre panier est vide.

Profitez des contenus de Bloomingyou
en illimité !

Plus d'infos !

Vous avez bénéficié de 2 articles
gratuits pour découvrir Bloomingyou

Profitez d'un accès illimité et sans engagement à nos contenus
à partir de 1,90€ par semaine

Je ne souhaite pas m'abonner ?
Dites-nous pourquoi… →
  1. Home
  2. /
  3. Podcasts, Let’s do it, Good food, My body
  4. /
  5. Comment booster ses défenses immunitaires selon le groupe sanguin?

Comment booster ses défenses immunitaires selon le groupe sanguin?

  • mis à jour le mardi 19 janvier 2021
  • 50 Min d'écoute

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

comment-booster-ses-defenses-immunitaires-selon-le-groupe-sanguin

Pourquoi l’intestin est le premier masque de protection contre les virus ?

Rencontre avec Valérie Lamour et Olivier Madelrieux

Si la Covid-19 a une utilité, c’est celle de rappeler à notre civilisation hypermoderne qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

Dans la confusion générale des discours et des méthodes, le mieux est encore de se connaître, de s’écouter pour se protéger au mieux contre toutes sortes de virus et de maladies. C’est ce que nous proposent la naturopathe et hypnothérapeute Valérie Lamour et Olivier Madelrieux, docteur en pharmacie, coach nutritionnel et mental auprès de plus de 450 sportifs professionnels internationaux.

Ensemble, ils ont co-écrit « Booster vos défenses immunitaires en fonction de votre groupe sanguin », un vrai guide de santé pour se rassurer, s’évaluer et prendre soin de soi.

  • Dans votre livre, une phrase revient comme un mantra « le virus n’est rien, le terrain est tout. » Elle serait une citation que Pasteur aurait prononcé sur son lit de mort…
  • Valérie Lamour : Pasteur pensait qu’il fallait se concentrer uniquement sur le virus ou le microbe. Certains de ses confrères ne pensaient pas ainsi et lui rétorquaient : « Ne pensez-vous pas que selon le type de terrain et de personne, on aurait une réaction différente ? ». Assez têtu, Louis Pasteur nia leur thèse. Mais à la fin de sa vie, il dit cette phrase :

« Le virus n’est rien. Le terrain est tout. Apprendre à regarder le corps dans une vision holistique devrait être enseigné de nos jours »

Le ventre, second cerveau et premier bouclier

  • Comment êtes-vous venu à la conclusion qu’une alimentation adaptée à chaque groupe sanguin répare et optimise notre bouclier immunitaire ?
  • Olivier Madelrieux : Grâce à Wim Hof, connu pour ses exploits grâce à des techniques de respirations. Il s’est rendu célèbre en allant à l’hôpital Amsterdam pour se faire inoculer l’Escherichia coli en piqûre. Les seuls effets ressentis ont été des maux de tête. Il y est resté une semaine et tout allait bien. Son objectif était de démontré qu’il avait créé un terrain très favorable, capable de résister à toutes les bactéries et les virus grâce à des techniques respirations.

Pour démontrer que son cas n’était pas unique, Wim Hof forma pendant un mois 6 personnes à ses techniques de respiration. L’expérience de la résistance à l’Escherichia fut réitérée et le résultat identique.

  • Le sens de notre livre, c’est d’expliquer que le terrain n’est pas génétique. Il est une constitution dont il faut respecter les fondamentaux au niveau de l’intestin en particulier. Comme le dit très bien Valérie,

le vrai masque qui nous protège des virus c’est l’intestin, une sorte de muraille de Chine, où vous avez des portes tous les 100m. Le jour où une porte cède, une invasion arrive. C’est pourquoi, il faut refuser les aliments qui peuvent détraquer tout le système intestinal

Comment notre corps nous alerte-t-il sur notre hygiène de vie ?

Le langage premier du corps 

  • Pourquoi prenons-nous du poids et sommes-nous fatigués ?
  • OM : Parce qu’on se nourrit de matières immunonégatives et de calories. Si on fait partie du groupe O et que l’on boit des sodas et mange beaucoup de blé, fromages et laitages, on se retrouve en surpoids et complétement dénutris.

Un corps dénutrit pose deux problèmes majeurs :

  • On n’a aucune défense si un virus ou un microbe arrive.
  • On se retrouve en terrain d’acidose, qui est la grande porte ouverte à toutes les maladies.
  • OM : Notre corps nous signale ce problème. Quand on a une aisselle qui sent, c’est un signal que l’on est en acidose.
  • VL : Il faut apprendre à s’écouter. Quand l’intestin ne peut pas métaboliser les aliments et que le système est fatigué, il ouvre des portes à des mauvaises bactéries, qui vont migrer notamment dans la vessie pour les femmes et donner lieu à des infections urinaires. Tous les signaux comme les gaz fréquents ou les selles nauséabondes sont le signe de la fermentation et de la putréfaction. C’est le signe qu’il faut de changer d’hygiène de vie parce que ce n’est pas normal.

La connexion esprit-corps

  • Quel est l’impact de notre état émotionnel sur notre longévité ?
  • OM : En fonction des émotions, on n’envoie pas les mêmes neurotransmetteurs et les mêmes hormones. Sous stress, on libère de l’adrénaline, puis du cortisol qui détruit la DHEA, l’hormone du rajeunissement. Chez les femmes, le déficit de DHEA entraîne des rides précoces et un asséchement de peau. Chez les hommes, il va y avoir des problèmes de vitalité parce que la DHEA est le précurseur de la testostérone. Sur 56 neurotransmetteurs, une vingtaine sont synthétisés dans l’intestin, le principal étant la sérotonine, l’hormone de la bonne humeur.
  • VL :  La sérotonine est synthétisée à 80 % et elle peut être densifiée dans un intestin sain et non-altéré.
  • OM : Sans sérotonine en grande quantité, vous avez des problèmes de sommeil ce qui a des incidences sur le poids, l’humeur et la fabrication d’hormones. Le problème majeur aujourd’hui, ce sont les pesticides qui agissent énormément sur le blocage des hormones et surtout sur la synthèse de la sérotonine. Il faut donc veiller à manger bio.

Les bonnes pratiques alimentaires pour booster son système immunitaire

L’assiette idéale du groupe O

  • En France, les deux groupes sanguins majoritaires sont O et A. Quelle est leur bonne routine alimentaire ? Par exemple, pour le groupe O, vous proscrivez le gluten, le laitage et même le pain, mais est-ce qu’on peut quand même se rabattre sur le pain au levain par exemple ?
  • VL : Non, on ne peut pas, parce que cela crée de la glue dans tout votre corps. On peut se faire plaisir une fois par semaine mais pas tous les jours. En se nourrissant moins d’aliments immunonégatifs, vous allez avoir plus d’énergie.
  • OM : Pour un groupe O, votre alimentation journalière c’est 60 % de protéines.
  • VL : le groupe O venant des chasseurs-cueilleurs, ils doivent s’alimenter de viande rouge (deux fois par semaine), des œufs, volailles et végétaux.
  • Cela va à rebours de la tendance végane
  • VL : Il n’y a pas de problème pour les véganes qui savent compenser avec des complémentaires alimentaires pour pallier le manque de B12 et d’autres acides aminés.
  • OM : Je préconise une routine, celle de consommer ce qu’il y a de plus gras le matin parce que c’est cela qui met le plus de temps à digérer. Dans l’ordre, cela serait du fromage le matin, de la viande à midi et du poisson le soir.

Dilemme éternel : plaisir d’aujourd’hui vs plaisir de demain

  • Même le groupe O a le droit au fromage le matin ?
  • VL : Non, le fromage est immunonégatif, ce qui va fatiguer l’organisme ou le faire grossir. Le groupe O n’a plus les enzymes pour digérer les laitages, contrairement au groupe B (le plus équilibré des groupes). Si le O s’amuse à manger des laitages d’animaux tous les jours, il va avoir des mauvaises bactéries dans son intestin, terreau des intolérances et allergies.

Tout cela est à bas bruit, car cela met un certain temps à se manifester. A partir de 40 ans, quand viennent les premières rides, allergies et intolérances, on pense que c’est l’âge, mais la réelle origine est une alimentation mal adaptée.

  • VL : Renoncer au fromage, ce n’est pas faire le choix d’une vie morne mais celle de vouloir se sentir jeune et en forme passé 50 ans. Ne voyez pas cela, comme un frein, car tout ce que les O peuvent manger est colossal.
  • A côté du manger, il y a le boire et vous parlez des vertus de l’eau chaude
  • VL : L’eau chaude, pas bouillante, avant les repas est fondamentale parce qu’elle va apporter un soulagement sur tous les émonctoires (c’est-à-dire des filtres que le corps utilise comme portes de sortie des déchets) et notamment les émonctoires hépatiques, qui permettent aux aliments de bien se mélanger. Dans les restaurants japonais, ils ne boivent pas de boisson fraîche à table mais du thé vert Matcha.

Les autres bonnes pratiques pour lutter contre les attaques immunitaires

Jeter le micro-onde à la poubelle

  • Quels sont méfaits du micro-onde, auquel vous consacrez un chapitre ?
  • VL : D’abord, le problème de la maternité. Une femme enceinte qui reste très longtemps devant son micro-onde fait 3 fausses-couches sur 5. Les ondes générées portées par l’appareil vont très loin, surtout à partir de 2 ans où les appareils ont des fissures. Le même danger se retrouve avec les grosses photocopieuses de bureau. Il peut y avoir également des cas d’autismes quand une femme enceinte travaille avec l’ordinateur posé sur son ventre.
  • Le second méfait est que l’aliment est mort, il perd toutes ses qualités nutritives.

Lorsque que l’on fait chauffer un plat au micro-onde, ses cellules sont tuées par les ondes. Il n’y a donc plus de nutriments.

  • Enfin, l’obésité. Lorsque l’aliment tourne sur la plaque tournante du micro-onde, il continue de tourner 25min encore dans tous nos organes, ce qui crée une fatigue pancréatique énorme. Lorsque le pancréas ne peut plus répondre, on est dans des cas d’obésité et d’immense fatigue.

Le micro-onde modifie en plus toute la structure moléculaire des protéines, ce qui va inflammer l’intestin et donc attaquer le bouclier immunitaire.

Bien respirer

  • Quand on fait du sport, on a forcément une bonne respiration, non ?
  • OM : Non, parce que ce n’est pas la même respiration. Les sportifs respirent beaucoup par la bouche, or ils devraient plutôt respirer par le nez pour créer de l’oxygène via une mécanique que l’on appelle l’effet Bohr qui va agir sur les bons neurotransmetteurs. Tout ce qu’il se passe dans notre corps n’est que la transformation de nos neurotransmetteurs. La respiration et surtout l’alimentation peuvent changer nos neurotransmetteurs et vous pouvez rajeunir ou vieillir en 28 jours.
  • VL : Il y a des méthodes de respirations particulières à faire régulièrement dans la journée, qui permettent d’optimiser d’agir sur le nerf vagal. En agissant sur le nerf vagal, on agit sur le système sympathique et parasympathique, mais aussi sur le fonctionnement de notre cerveau, notre état de conscience et notre capacité à pouvoir tenir ou régresser une émotion.

Petite pratique respiratoire qui calme l’organisme :

  • Inspirer 5 secondes
  • Rester en apnée 10-15 secondes en se pinçant le nez
  • Expirer complètement

Ultimes conseils pour affronter l’hiver  

  • Un dernier mot ?
  • VL : N’oubliez pas que vous êtes l’acteur, le scénariste et le metteur en scène de votre groupe sanguin. Vous êtes votre meilleur médecin donc observez-vous.
  • OM : Puisque nous sommes en pleine saison hivernale, ce qui va changer votre immunité, vitalité, humeur c’est 5 gouttes de vitamine D3 tous les matins.

Alors que la vitamine D possède de nombreuses propriétés bénéfiques, dont celles de protéger de la dépression et des virus, 90 % de la population française est en carence. On peut noter deux premières raisons. Notre tendance à vivre à l’intérieur et à s’appliquer des crèmes solaires anti-UV sur la plage ne laisse pas le temps au corps de métaboliser la vitamine D du soleil. Il faut rester 10-15min au soleil avant de se mettre de la crème.

Dès l’enfance il faut prendre 3 ampoules de vitamine D durant l’hiver. Passé le cap de la cinquantaine, il faut en prendre :

    • 8/12 mois à 50 ans
    • 10/12 mois à 60 ans
    • Toute l’année à 70 ans
  • VL : La vitamine D n’est donc pas à oublier, d’autant plus qu’on est l’aube de nouvelles découvertes pour savoir si elle peut être un bouclier contre les maladies génératives, comme l’Alzheimer. Les chercheurs en sont actuellement à 80 % sûrs.
Propos de Valérie Lamour et Olivier Madelrieux recueillis par Amal Dadolle
*Crédit photo :Félicien Delorme @ Flammarion
écrit par

Amal Dadolle

Podcasts

Let’s do it

Good food

My body

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Instapics
Conférence en ligne

Comment s’accomplir et être soi ?

04/05/2021 à 20h00 Durée: 1h30