Recherche
MON PANIER

Votre panier est vide.

  1. Home
  2. /
  3. Podcasts société, Podcasts, Conseils philosophiques, Conseils écologiques, Société
  4. /
  5. Pourquoi l’individualisme occidental est mort ?

Repenser le monde avec Damien Deville, 28 ans, géo-anthropologue

Recolorer un monde gris

On ignore à quel point la solitude est un ressenti propre à notre société moderne. Aux dires de Damien Deville, ce sentiment n’existe pas en Afrique.

Géo-anthropologue de 28 ans, Damien Deville est le co-auteur, avec Pierre Spielewoy, de « Toutes les couleurs de la Terre. Ces liens qui peuvent sauver le monde » publié aux éditions Tanas.

Selon eux, la qualité d’une vie humaine dépend de son rapport au monde. Ce qui n’est pas sans rappeler la pensée des chamanes  des peuples premiers, pour qui les habitants du monde occidental ont un rapport au monde quasi-inexistant.

En grande partie parce que tout ce qui est non-humain est perçu comme une ressource utilitaire, et non comme une entité dont l’existence est aussi pertinente et vitale que la nôtre. Cette fermeture d’esprit nous a fait perdre de vue la beauté et la poésie du monde. Mais aussi son sens.

Pour retrouver du sens pour notre monde occidental, Damien Deville et Pierre Spielewoy nous invitent à repenser, réinventer et à spiritualiser notre manière d’habiter la Terre.

L’auteur derrière le livre

  • Quel est votre parcours ?

Damien Deville : J’ai toujours été passionné de biodiversité. J’ai eu une enfance qui s’y prêtait, j’ai grandi dans un hameau au cœur des bois avec beaucoup d’animaux et de végétaux. Donc beaucoup d’altérité. A 14 ans, je suis parti faire des études dans un lycée agricole, j’ai suivi jusqu’en licence. Je m’imaginais partir en Afrique, protéger les éléphants toute ma vie.

J’ai toujours été projeté dans l’ailleurs. Dans la chambre, j’avais beaucoup de posters de l’Afrique de l’Ouest et des populations Massai. C’était un imaginaire très fantasmé mais je projetais énormément de rêves dans ces sociétés-là. L’Afrique, pour moi, c’est un imaginaire qui me regarde par-dessus mon épaule, et qui guide mes pas. J’ai vécu un peu à Abidjan, j’ai fait des séjours très réguliers au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire…

  • Comment l’Afrique a-t-elle changé votre perception de la vie ?

Damien Deville : L’Afrique est une morsure de serpent, c’est un venin qui coule dans les veines et qui finit par tatouer les corps, par être présent qu’on le veuille ou non.

C’est un milieu difficile, mais il y a tellement de belles choses. La maison de retraite est la famille, les corps sont sculptés, les paysages sont très colorés, l’espace publique est habité. Cela m’invite à remettre des couleurs dans les mondes occidentaux qui les ont en grande partie perdues.

  • Comment s’est faite votre rencontre avec Pierre Spielewoy et comment en êtes-vous venu au projet ce livre ?

Damien Deville : Avec Pierre, on s’est retrouvé sur le chemin de l’anthropologie. On s’est suivi sur Twitter et on s’est rencontré. Nous nous sommes aperçus que nous avions le même regard sur l’altérité et la même passion pour la diversité, avec l’envie de replacer les liens au cœur de nos modèle sociaux et politiques pour créer une société de la relation.

L’expérience de l’altérité en Australie

Stage au pays des Koalas

  • Qu’est ce qui est à l’origine de cette envie de remettre la diversité et le lien au cœur de nos modèles ?

Vous devriez lire
lentraide-l-autre-loi-de-la-jungle

Société

L’entraide, l’autre loi de la jungle

ce-que-les-peuples-premiers-ont-a-nous-dire

Podcasts

Ce que les peuples premiers ont à nous dire

Podcasts

Quel est le plan économique qui sauvera la planète ?

  1. Home
  2. /
  3. Podcasts société, Podcasts, Conseils philosophiques, Conseils écologiques, Société
  4. /
  5. Pourquoi l’individualisme occidental est mort ?
back to top