back to top
Recherche

Rejoignez Bloomingyou, média libre, curieux et heureux
grâce à ses lecteurs

Cet article est réservé aux membres
inscrits à la newsletter

Déja inscrit ?
Je me connecte

Le bonheur comme état d’esprit,
c’est notre mantra chez BloomingYou!

Nous décryptons les mécanismes
entre corps et esprit et les
connaissances utiles à l’épanouissement
individuel et collectif.

Inscrivez-vous gratuitement
pour poursuivre votre lecture

Inscrivez-vous gratuitement
pour poursuivre votre lecture

MON PANIER

Votre panier est vide.

Profitez des contenus de Bloomingyou
en illimité !

Plus d'infos !

Vous avez bénéficié de 3 articles
gratuits pour découvrir Bloomingyou

Profitez d'un accès illimité et sans engagement à nos contenus
à partir de 1,90€ par semaine

Je ne souhaite pas m'abonner ?
Dites-nous pourquoi… →
  1. Home
  2. /
  3. Santé & Bien-être, Vitalité & bien vieillir, Médecine douce
  4. /
  5. Comment se soigner avec les plantes médicinales ?

Comment se soigner avec les plantes médicinales ?

  • jeudi 8 octobre 2020
  • 7 Min de Lecture

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

comment-se-soigner-avec-les-plantes-medicinales

Initiation à l’herboristerie

Une démarche porteuse de sens

Les raisons pour s’initier à l’herboristerie sont nombreuses, cela peut être une motivation économique, écologique, voire même une quête d’authenticité par un retour à la terre et la simplicité. Dans un état d’esprit similaire, il y a aussi la recherche d’autonomie. Pouvoir (re)connaître les plantes et les utiliser à bon escient sans plus passer par la case « pharmacie » est en soi une très bonne motivation.

Cependant, l’herboristerie est un savoir qui se mérite. Complexe et divers, on peut acquérir des connaissances tout au long de sa vie. Mais pour aujourd’hui, on se contentera de la base qui vous permettra d’y recourir en cas de besoin.

Comment préparer les plantes ?

On peut consommer une plante, mais un des grands principes de cette discipline est de consommer plusieurs plantes à la fois, entre 2 et 5 plantes pour décupler leurs effets. Précisons ici une règle de bon sens : les plantes mélangées doivent toujours avoir une action similaire ou complémentaire, jamais antagoniste.

Ceci poser, il existe diverses façons de préparer les plantes médicinales :

  • En tisane (infusion et décoction) 

Pour faire une infusion de plantes sèches ou fraiches, on les verse dans une casserole d’eau bouillante recouverte. On laisse reposer pendant 10-15min dans l’eau. Le bon dosage requis est une cuillère à café de plante pour une tasse de 250ml d’eau.

comment-se-soigner-avec-les-plantes-medicinales

Les décoctions, quant à elles, concernent avant tout les parties les plus dures d’une plante, comme les écorces, racines, semences, baies et bourgeons de plantes sèches ou fraiches. Vos ingrédients sont versés dans une casserole où l’eau continue à bouillir sous feu doux pendant 15 à 25 minutes.

  • En teinture-mère

C’est une technique de macération de plantes fraiches, feuilles et même écorces, dans des solvants type alcool, vinaigre à 8 % d’acide acétique ou glycérine végétale (à privilégier pour les enfants).

Mettez les plantes, au fond de la bouteille et après 4 à 6 semaines de macération, filtrez, reversez le tout dans une bouteille ambrée.

Une teinture-mère se consomme sous de gouttes diluées dans une gorgée d’eau. Le dosage requis étant 15 à 45 gouttes à prendre 2 à 3 fois par jour.

Avant d’entrer dans les recettes de soin, quelques recommandations incontournables.

Recommandations à connaître avant usage

Les cas déconseillés

Attention, consommer une plante médicinale n’est pas anodin ni dénué de risques.

Il est important d’en parler d’abord avec son médecin généraliste. Certaines plantes peuvent être la cause d’allergie comme l’ortie et le plantain.

Par ailleurs, beaucoup de plantes médicinales sont rigoureusement déconseillées aux femmes enceintes ou allaitantes, de même si vous souffrez d’une quelconque pathologie (maladie cardiaque, rénale, ulcère, problèmes intestinaux hypertension artérielle etc.), ou suivez des traitements par des immunosuppresseurs, des anticoagulants/ antiplaquettaires/ antithromboses, renseignez-vous auprès de votre médecin (ou d’un herboriste solide).

comment-se-soigner-avec-les-plantes-medicinales

Les enfants, enfin, peuvent être soignées avec des plantes médicinales mais doivent avoir un dosage spécifique.

Le dosage pour les enfants

Pour les infusions et décoctions :

  • De 1 à 3 ans, un quart à un sixième de la dose pour adulte.
  • De 3 à 7 ans, un quart à un tiers de la dose pour adulte.
  • De 7 à 12 ans, un tiers de la dose pour adulte.
  • 13 ans et plus, même dosage de l’adulte.

Pour les teintures mères :

  • De 1 à 3 ans, 1 à 8 gouttes en utilisant un glycéré végétal
  • De 3 à 7 ans, 1 à 8 gouttes si on macère les plantes dans du vinaigre, et 4-15 gouttes si elles macèrent dans le glycéré végétal.
  • De 7 à 12 ans, de 5 à 20 gouttes pour les macérations à base de vinaigre, de 15 à 25 gouttes pour les bases de glycéré.
  • 13 ans et plus, même dosage de l’adulte.

10 maux du quotidien à soigner avec les plantes

  1. Allergies respiratoires

Pour traiter les allergies liées aux pollens, les acariens, la poussière et autres, il est conseillé d’utiliser en tisane ou en teinture-mère les plantes suivantes :

  • Le sureau : est une fleur immunomodulante (qui stimule ou freine le système immunitaire), anti-inflammatoire et antihistaminique (cela bloque les effets de la molécule histamine sécrétée par l’organisme en cas d’allergies).
  • L’ortie : antihistaminique, adaptogène (c’est-à-dire capable de renforcer le corps face au stress) et fortifiante.
  • L’euphraise : antihistaminique, anti-inflammatoire, ophtalmique et antiprurigineux (calme les démangeaisons).
  • Le plantain : anti-inflammatoire et antiprurigineux.
  • La molène : antihistaminique, elle est également un tonique pulmonaire.
  • La camomille allemande : antiprurigineux et antihistaminique.

Il peut être également de faire une cure de nettoyage des émonctoires (les organes qui permet évacuation des déchets) avant de commencer renforcer l’organisme :

  • Le chardon-bénit, purifie le sang en plus d’être cholérétique (ce qui aide à stimuler la sécrétion de la bile) et cholagogue (ce qui aide à faciliter l’évacuation de la bile).
  • Le pissenlit, dont l’action purifie le rein et le foie.
  • La bardane, qui permet de nettoyer le sang et la lymphe.
  • Le trèfle rouge qui purifie le sang.
  • Les feuilles de bouleau qui permettent de purifier l’organisme et d’augmenter la sécrétion d’urine.

Enfin, les huiles essentielles conseillées dans les cas des allergies et aux propriétés similaires sont l’estragon, le thym, la camomille romaine et le cyprès bleu.

  1. Constipation

On va ici consommer des plantes laxatives que sont :

  • La mauve,
  • La pensée sauvage
  • La racine de guimauve
  • Les feuilles de séné
  • La racine de bourdaine.

Toutes ces plantes, et les deux dernières en particulières, ont la particularité d’avoir de puissants actifs. Elles sont donc à consommer à petite dose et sur une durée maximale d’une semaine. En règle générale, tout comme les médicaments laxatifs, les plantes ne peuvent se prendre qu’occasionnellement et sur une courte durée.

Il sera important simultanément ou dans un deuxième temps, d’aider le foie à soutenir les intestins avec deux plantes amères qui vont aider à sécréter et évacuer la bile :  les feuilles d’artichaut et de chardon-bénit.

  1. Fatigue et stress chroniques

Pour remettre un organisme fatigué sur pied, on va procéder en trois étapes.

  • La première étape consiste à retaper un organisme fatigué avec des plantes nutritives pour rebooster le système nerveux seront préconise. On pourra utiliser l’ortie, la scutellaire et l’avoine

comment-se-soigner-avec-les-plantes-medicinales

Si vous préférez les huiles essentielles, utilisez celles de mandarine, de néroli et de lavande.

  • La 2ème phase consiste à fortifier le système immunitaire grâce à des plantes adaptogènes, en teintures mères de préférence : la racine d’éleuthérocoque, les baies de schizandra, les racine d’astraguale et d’ashwaganda.
  • Puis en après avoir améliorer l’état général, on pourra prendre des plantes tonifiantes comme le guarana ou le maca que l’on consommera sous forme de poudre dans un jus ou smoothie.
  1. Gingivite 

Pour traiter ce problème commun, préparez une tisane très concentrée à base de plantes antiseptiques, antibactériennes et anti-inflammatoires :

  • Feuilles de sauge. Une autre technique consiste également à frotter les gencives avec des feuilles de sauge fraiches.
  • Fleurs de calendule
  • Le thym
  • La racine de guimauve
  • Les fleurs de camomille

On peut ajouter à ce traitement des huiles essentielles antiseptiques et antibactériennes comme la myrrhe ou l’arbre à thé.

Une autre idée de traitement est le « oil pulling » d’origine indienne. A jeun ou avant le repas, faites de bain de bouche de 15min avec une cuillère à soupe d’huile de sésame ou de coco. Terminez en vous brossant les dents.

  1. Migraines 

En tisane et/ou teintures mères, vous pouvez utiliser :

  • Les feuilles de gingko qui vont booster la circulation du sang.
  • Les fleurs de la grande camomille qui sont un anti-inflammatoire et antalgique.
  • La mélisse à la fois sédative et antiémétique (ce qui empêche les vomissements)
  • Leurs fleurs de passiflore, qui sont à la fois un analgésique et anti-inflammatoire efficace.
  • Le romarin, également permet de booster la circulation sanguine, en plus d’être anti-inflammatoire et antalgique. Il est fortement déconseillé si vous souffrez d’hypertension artérielle.

Pour une alternative avec une huile essentielle, vous pouvez utiliser la menthe poivrée, à appliquer et masser sur la zone douloureuse.

  1. Rhume/grippe

En tisane ou teinture-mère, vous pouvez utiliser :

  • L’ail, connu pour être un immunostimulant, antiviral et antibactérien.
  • Les fleurs de sureau
  • Le thym
  • Les racines d’échinacée qui présentent les mêmes vertus que l’ail.
  • Les fleurs de l’achillée

comment-se-soigner-avec-les-plantes-medicinales

Les huiles essentielles qui possèdent les mêmes propriétés sont la cannelle, le ravintsara, l’arbre à thé, le thym a linalol et l’origan.

  1. Sevrage (tabac, alcool, drogues)

Pour se sevrer de n’importe quelle substance, les plantes recommandées sont la passiflore et la scutellaire. Ces deux plantes sont souvent prises en synergie pour traiter les addictions de toutes sortes.

Pour le sevrage du tabac, il est aussi conseiller de fumer un mélange de plantes séchées qui contient de la molène ou de l’aspérule odorante.  La première a des propriétés anti inflammatoire, en plus de nettoyer les poumons. La seconde est antispasmodique et permet de calmer du système nerveux. Néanmoins ceci doit rester une solution transitoire, car toute substance fumée peut être nocive à la longue.

Pour soutenir les personnes qui ont une addiction a l’alcool et dont le foie est endommagé, le chardon-marie préparé en tisane sera extrêmement précieux.

  1. Tendinite – bursites, entorses et foulures

Que la douleur soit vive ou chronique, l’action principale à engager est de réparer les tissus par voie externe en massant régulièrement la zone douloureuse avec de l’huile de ricin. Pour ce faire, faites chauffer l’huile en bain marie, appliquer l’huile sur la zone douloureuse en la couvrant d’un tissu de contente. Recouvrez le tout avec une bouillotte éventuellement et laissez agir pendant 1h.

Les plantes et huiles essentielles à la fois anti-inflammatoires et analgésiques seront aussi d’un grand secours pour calmer la douleur. Toutefois, pour traiter une douleur aigüe, attendez un peu avant de chercher à calmer l’inflammation, car celle-ci est une réaction naturelle du système immunitaire pour réparer et guérir.

Puis, une fois la douleur calmée, vous pourrez utiliser en tisane ou teinture mère par voie interne (choix conseillé en cas de grosse douleur persistante) ou externe (en compresse). Les meilleurs anti-inflammatoires étant les plantes suivantes : le saule blanc, la camomille romaine et la reine-des-prés.

  1. La Toux sèche et maux de gorge, aphonie, laryngite, pharyngite

On retrouve ici certaines des plantes qui servent à traiter un rhume : l’ail, la fleur de sureau, le thym, l’échinacée et la guimauve. A prendre en tisane.

Certaines huiles essentielles sont aussi pertinentes comme l’origan, le thym à linalol, la cannelle et le ravintsara.

  1. La toux grasse et bronchite 

Pour les toux grasses et bronchites, préférez les tisanes avec des plantes suivantes :

  • La racine de réglisse qui permet de rebooster l’organisme en plus d’être anti-inflammatoire et expectorante (elle aide à évacuer le mucus logé dans la trachée ou les bronches).
  • Les feuilles de molène, en plus d’être un tonique pulmonaire, ont des vertus antiseptiques, expectorantes et mucolytiques (capacité à fluidifier le mucus pour le faire mieux sortir de notre corps).
  • La racine de l’aunée, à la fois expectorante, mucolytique, antispasmodique et antibiotique.

Les huiles essentielles à utiliser seront les mêmes que pour les toux sèches, mais on pourra y ajouter l’eucalyptus globulus.

Pour compléter ou trouver d’autres idées de soins au naturel, retrouvez nos idées de « pharmacie made in home ».

Source : Laeticia Luzi, « L’autre pharmacie. Guide d’herboristerie familiale », éditions écosociété, 2020
écrit par

La rédaction

Santé & Bien-être

Vitalité & bien vieillir

Médecine douce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Instapics
Webinaire

Comment oser changer sa vie ?

26/10/2020 Durée: 1h30