Le bonheur comme état d'esprit !

des news toutes les semaines ça fait plaisir !
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :)



S'inscrire
back to top
Recherche

7 clés pour se protéger des manipulateurs 

  • mercredi 10 octobre 2018
  • 6 Min de Lecture

Quand trop penser rend manipulable

Psychothérapeute spécialiste de la manipulation mentale et de la surefficience mentale depuis 20 ans, Christel Petitcollin a sillonné les salles de conférences et écrit des bestsellers sur les manipulateurs pour informer le grand public des dangers qu’ils représentent. Parmi son lectorat et auditoire, Christel Petitcollin s’adresse à un groupe de personnes en particulier : les hauts potentiels. La raison en est fort simple : ce sont les victimes de prédilection des manipulateurs.

Pourquoi les hauts potentiel attirent les manipulateurs ?

Nous avions déjà côtoyé les haut-potentiels auprès du Dr Valérie Foussier, auteure de l’ouvrage « Adultes surdoués et les relations amoureuses ». Elle aussi s’adressait à ces surdoués ou hauts potentiels qui se distinguent par une extrême sensibilité humaine. Ils sont trop empathiques, trop résilients, trop passionnés, trop idéalistes, trop analystes. Bref trop. Cette incroyable sensibilité est à la fois leur force et leur faiblesse. Leur force, parce qu’elle leur permet de développer une grande intelligence intellectuelle et émotionnelle, qui se traduit par une pensée complexe, arborescente, foisonnante, établissant sans cesse des connexions par analogie. De fait les hauts potentiels sont des personnes très intelligentes. Mais paradoxalement, cette extrême sensibilité et cette intelligence les desservent dans le sens où les elles vont être terrifiées à l’idée de blesser quelqu’un, de se tromper ou de créer un préjudice.

Si pour certains, se remettre en question demande beaucoup d’efforts, pour les hauts potentiels c’est aussi naturel que de respirer. Sauf qu’à se remettre en question toutes les 5min, on se perd dans les doutes et on laisse sa porte grande ouverte aux manipulateurs.

Les manipulateurs décryptés

Les manipulateurs représentent 2 à 4 % de la population. Un chiffre difficile à valider avec précision, mais que Christel Petitcollin peut confirmer par expériences empiriques. Les nombreux chefs d’entreprise qu’elle a accompagnés disent repérer deux ou trois individus répondant au profil du manipulateur par tranche de cent personnes.

Qui sont-ils ? Un manipulateur ou une manipulatrice n’est ni plus ni moins qu’un sale gamin odieux ou une petite peste détestable dans un corps d’homme ou de femme. Dans les premiers temps, un visage de façade faussement sympathique complétera l’illusion que vous avez affaire à quelqu’un d’équilibré. Sauf qu’il n’en est rien, leur mentalité et personnalité se sont fossilisées à l’âge de 7 ou 8 ans, voire 4 ans pour certains. L’origine de cette fossilisation se trouve, comme toujours, dans l’enfance.

On apprend ainsi par Christel Petitcollin que les enfants voués à devenir manipulateurs ont été l’objet d’une attention particulière et exclusive d’un parent lui-même manipulateur qui en a fait son « héritier ». Très souvent il s’agit du père ou de la mère, avec une tendance à choisir un enfant du sexe opposé, formant ainsi un couple père-fille ou mère-fils infernal. Si l’enfant a des frères et sœurs, ceux-ci seront complètement ignorés du parent manipulateur à son bénéfice. Le statut d’héritier impliquera d’être le bras armé du parent pervers qui l’incitera à harceler les autres en cassant leur jouet ou en s’appropriant leur goûter. L’indécent parent cautionnera ses bons comme ses mauvais carnets de notes et naturellement toutes ses autres bêtises.

Toute l’entreprise du parent manipulateur sera de transmettre son savoir-être et son savoir-faire à son petit élu. Celui-ci, alors placé dans une situation ingérable et poussé à commettre des exactions qui lui coûtent très cher émotionnellement pour être aimé de ce parent insaisissable, bloquera ses émotions pour ne plus avoir à souffrir. Adieu culpabilité et chagrin, mais également empathie et joie de vivre. Le manipulateur en devenir appliquera désormais une règle d’or qui sera sa vérité : pour être puissant, il faut être méchant et la gentillesse n’est que faiblesse. Ecraser ou ne pas être écrasé. Il n’y a pas d’autre question. Arrivé à l’âge adulte, le manipulateur gardera avec le parent-gourou un lien aussi malsain que fusionnel.

Proche des psychopathes, les manipulateurs partagent avec eux de nombreux traits en commun : une froide indifférence, des difficultés à maintenir une relation avec autrui, une intolérance à la frustration, une tendance systématique à blâmer autrui, ainsi que de fortes colères accompagnées de gestes violents et impulsifs. La différence résidant dans la motivation de chacun.

Pour le psychopathe, la destruction physique et psychologique de l’autre est une fin en soi. Pour le manipulateur, sa finalité c’est son intérêt personnel et lui-même.

Du reste, il s’en fiche. Pour reprendre la chanson de Jean Schultheis « Confidence pour confidence », les manipulateurs aiment sans sentiments et s’aiment eux-mêmes à travers leurs conjoints ou amis. Or s’aimer soi-même et personne d’autre, est un point de vue que les hauts potentiels ont du mal à comprendre, eux qui sont trop empathiques. De leur point de vue, tout le monde a bon fond, ce qui est du pain béni pour les manipulateurs. Ils tireront sur les ficelles de l’empathie, du doute et de l’ouverture d’esprit des hauts potentiels pour les manipuler émotionnellement à leur guise et obtenir tout ce qu’ils désirent. Les occasions où les manipulateurs mettent de l’eau dans leur vin, c’est quand ils sentent leur victime s’échapper. Comme un conjoint à bout qui menace de divorcer et de leur retirer son confort. Les manipulateurs feront alors un semblant d’effort pour faire croire à leur victime qu’ils ont changé. Mais cela ne durera pas, et une fois que les manipulateurs sont sûrs que leur victime s’est rendormie, ils redeviennent les gamins odieux et égoïstes qu’ils sont. A moins que la victime en question ne se rendorme plus jamais. Les ficelles de l’empathie et du doute ne fonctionnent plus, et la voilà enfin libérée.

Dans l’intimité du quotidien, les manipulateurs font vite tomber le masque sympathique pour révéler leur vraie nature de rabat-joie notable insensible et calculateur. Au bureau ou au cours d’une soirée, il n’est pas du tout évident de les discerner au premier coup d’œil. Seul le temps et la prise de recul aident.

C’est ce que nous voyons entre autres avec les 7 clés suivantes pour se protéger, ou sortir, de l’emprise des manipulateurs.

7 clés pour se protéger des manipulateurs 

1. Evaluez votre opinion sur les personnes uniquement sur la réalité

Durant les premières rencontres, faites abstractions des sourires et des jolies paroles, et ne confondez pas familiarité et chaleur humaine. Evaluez votre opinion sur les personnes uniquement sur la réalité : à savoir les faits et les actes. Forcez-vous à être plus objectif et moins affectif, c’est avec un esprit clair qu’on doute moins.

2. Réfrénez votre empathie

Ne vous dites pas que sa méchanceté vient d’une enfance difficile et qu’il faut comprendre et l’aider. Réfrénez votre empathie. Les gens normaux sont eux-mêmes responsables de leur bonheur et de leurs problèmes. Prendre en charge leurs responsabilités c’est les infantiliser, et ce n’est pas leur faire honneur. Par ailleurs, c’est tomber dans l’hyper contrôle, une source de grand stress.

3. Ne vous laissez pas faire

Avec une mentalité de l’âge de 8 ans, certains manipulateurs se révèlent être de parfaites petites brutes qui menacent ou intimident quiconque leur semble vulnérable. Mais vous n’êtes plus à l’école, dans une cour de récréation. Si vous vous trouvez dans cette situation, un tour au commissariat s’impose.

4. Acceptez l’idée qu’il ne pourra jamais y avoir de relations sereines avec les manipulateurs.

Cela ne les intéresse pas. Même si c’est regrettable, c’est leur choix et c’est ainsi.

5. Renoncez à jouer au sauveur de votre manipulateur

Surtout quand il ne cache pas sa réticence. Croire que vous n’avez pas fait assez d’effort pour l’aider à changer c’est s’enfermer dans une culpabilité naïve et prétentieuse, où vous serez toujours perdant.

6. Refusez la pression de l’urgence.

Tout va beaucoup trop vite avec les manipulateurs, surtout dans vos moments de vulnérabilité : un bébé, un mariage, un achat d’appartement ou s’associer. « Je vais y réfléchir » doit devenir votre leitmotiv dans ce genre de situation.

7. Faites confiance en votre intuition

Qu’est-ce que vous ressentez au niveau de votre plexus solaire ? Quels sont vos envies et vos besoins ? En répondant à ces questions avec vos tripes et non plus avec votre tête vous commencerez enfin à renverser les priorités, en vous mettant au centre de votre vie, et à vous détacher de l’emprise du manipulateur.

Vous l’aurez donc compris, si vous croisez un manipulateur, la meilleure et seule option à prendre, c’est la fuite !

Source : Christel Petitcollin, Pourquoi trop penser rend manipulable, Trédaniel, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires