What do I really want ?

Par Antoine Valabregue - jeudi 30 novembre 2017 - Temps de lecture: 2 minutes et 54 secondes -

Ajouter un commentaire

What do I really want ?

Viser l’essentiel…

La dernière fois que nous avons abordé la question de se rendre disponible, nous avons posé le premier jalon de ce que nous appelons la simplexité, à savoir l’art de naviguer dans la complexité. La complexité étant toujours un enchevêtrement de choses imbriquées qui n’ont pas forcément de rapport entre elles.

Il y a toujours quatre phases dans un processus que nous avons associés à quatre attitudes :

1. L’incertitude.

2. la confiance.

3. la lucidité.

4. le risque.

Et nous avons vu que nous avions toujours le choix entre changer d’objectif ou changer de façon de faire.

A l’intérieur de ces phases la question de l’essentiel se pose différemment. L’essentiel relève du registre ternaire spécifique à l’homme. À savoir que dans toute situation, il y a trois logiques qui cohabitent plus ou moins harmonieusement :

  • une logique de la perception sensible de la chose
  • une logique du sens de la chose (conceptuel)
  • une logique de concrétisation de la chose

Si je suis en train de me demander si je dois quitter mon travail, mon compagnon, mon logement… ou si je me demande comment trouver un travail, une nouvelle relation, un nouveau lieu, il est indispensable d’avoir présent à l’esprit trois questions qui découlent de ce ternaire :

  • Pourquoi (sensible) ?
  • Pour faire quoi (conceptuel-sens) ?
  • Comment (pragmatique) ?

Selon les situations, nous serons plus enclins à privilégier tel ou tel aspect et aurons plus de mal avec tel ou tel autre.

Marek Uliasz/123RF

Dans les moments de prise de décision, il y a toujours quelque chose qui interpelle, une voix intérieure, un détail qui se répète et vous trouble.

Parvenez vous à le repérer, à le qualifier, à le lier avec votre histoire personnelle ? Qu’est ce qui fait qu’il revient de façon récurrente ?

Je vais vous dire ce qui, pour moi, avec le recul de l’existence, est essentiel : être autonome financièrement, respecter l’intégrité physique des autres, pouvoir sourire, rire, pleurer, plaisanter à bon escient, exprimer ce que l’on ressent, s’excuser le cas échéant, dénouer les pièges sur la route, parvenir à oublier, aller quérir l’information pertinente pour permettre la réalisation d’objectifs engendrant plus de frugalité, de consistance et de liens.

Bref, être disponible à une vie respectueuse de soi, des autres et de la planète.

15000 scientifiques ont, le 13 novembre dernier, signé un appel international pour alerter sur la planète. L’un d’entre eux (Guillaume Chapron de l’Université suédoise) a dit cette phrase qui résume ce que je pense depuis plus de trente ans :

« Les hommes ont des technologies divines mais des institutions moyenâgeuses et une psychologie d’hommes des cavernes incapables de modérer leur consommation »

Voici enfin 12 propositions qui sont le fruit de la combinaison des quatre étapes et des trois mouvements pour être plus à même de faire les bons choix :

1. Faire le ménage dans ce qui nous parait prioritaire.

2. Mettre le plus possible en pratique ce que l’on pense, en arrêtant de croire qu’on a raison sur tout.

3. S’entourer d’amis qui nous aident à réduire nos travers.

4. Migrer du dénigrement à la proposition.

5. Faire connaître ce qui paraît digne d’intérêt.

6. Pratiquer bienveillance, écoute et discernement.

7. Etre attentif à son hygiène d’existence.

8. Tenter d’être le plus autonome possible.

9. Se réjouir de l’interdépendance.

10. S’interroger régulièrement.

11. Garder toujours du temps de disponible pour l’imprévu.

12. Intervenir avec sobriété le plus souvent et humour, quand nécessaire.

Pour terminer je vous invite à pratiquer ces deux exercices :

Le premier : Qu’est ce qui est vraiment important pour moi ?

Identifiez quels sont vos trois animaux favoris ? Chercher ce qu’il y a de commun à ces trois animaux. Notez-le

Faites la même chose avec trois rêves du futur de votre enfance.

Recommencez avec trois héros de livres ou bandes dessinées.
Enfin repérez trois personnes que vous admirez.

Enfin passez un petit moment à repérer ce qu’il y a de commun entre toutes les propositions que vous avez notées.

Le deuxième : À quelle question inconsciente mes émotions répondent ?

Je vous recommande de faire cet exercice sur plusieurs jours.

  • Asseyez-vous dans un fauteuil confortable, dans un endroit agréable sans pression.
  • Repérez cinq émotions positives pour vous et 5 négatives, nommez les.
  • Identifiez pour chacune de ces émotions trois situations précises où elles se sont exprimées.
  • Puis identifiez ce qu’il y a de commun à toutes vos émotions négatives, faites de même pour toutes vos émotions positives.

Vous allez découvrir la question inconsciente, le traumatisme ou le souvenir à l’origine de votre bascule du positif vers le négatif. C’est la partie la plus délicate. Vous pouvez faire cet exercice avec unE amiE proche. Chacun posant des questions à l’autre et notant les réponses.

Pour moi c’est « suis-je utile à ce qui se passe », pour quelqu’un d’autre cela sera la question « Pourquoi ? »…

C’est un exercice très puissant qui vous fera méditer sur votre dispositif émotionnel.

Portez-vous bien !

Like bloomingyou on Facebook

À lire également

Les + populaires

Bloomingyou.fr a l’ambition de donner à ses lecteurs une matière inspirante et résolument optimiste pour une vie heureuse !

Le site vous apporte, grâce à une communauté de passionnés, les clés de compréhension pour un mieux être du corps et de l’esprit.

Rejoignez-nous !

Faites le plein d’ondes positives

Likez bloomingyou sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* : champs obligatoires