Recherche
MON PANIER

Votre panier est vide.

  1. Home
  2. /
  3. Être en paix, Savoir être
  4. /
  5. Comment être heureux selon Jean-Jacques Rousseau ?

Jean-Jacques Rousseau : La quête philosophique d’un rebelle

Farouche et anticonformiste

Avec Voltaire, Rousseau est certainement le philosophe des Lumières dont nous avons le mieux retenu le nom. De son temps, son esprit farouche et anticonformiste lui aura valu beaucoup de détracteurs et fait changer trois fois de religion.

Son esprit rebelle lui aura également peut être permis de prendre beaucoup de recul avec ses compères des Lumières qui portaient aux nues l’idée du Progrès comme destin heureux des hommes.

C’est désormais grâce au génie du cerveau humain, et non plus seulement aux bonnes grâces divines, que les hommes peuvent se bâtir un monde meilleur.

C’est dans cet enthousiasme général que Rousseau se distingue.

Progresser n’est pas s’élever

Rousseau ne doit pas seulement sa réputation à son caractère anticonformiste et sauvage, il la doit à sa magnifique plume qui a su exprimer avec élégance et simplicité des idées originales et complexes. Il a su, entre autres, distinguer les limites de la démocratie, et les dangers potentiels du Progrès sur le bonheur des hommes.

Rousseau note ainsi que progresser n’est pas s’élever. Dans le premier cas nous cultivons notre intelligence, dans le second cas nous cultivons notre sagesse. Or, pour Rousseau la sagesse est un bien meilleur garant du bonheur que l’intelligence, car le bonheur lui est intimement lié :

Quoi qu’on puisse en dire, j’ai été sage, puisque j’ai été heureux autant que ma nature m’a permis de l’être : je n’ai point été chercher ma félicité au loin, je l’ai cherchée auprès de moi et l’y ai trouvée.

Le bonheur et la religion

Rousseau aura effectivement consacré toute son œuvre et sa vie à être heureux. Une quête de vie qui fait l’objet de thèse de Joël Bienfait, agrégé de Lettres modernes et auteur de « Le bonheur entre Jean Jacques et Rousseau » . Son étude s’attache à démontrer que bien que Rousseau ait été un fervent Chrétien, il estime que le bonheur ne peut être compatible avec la religion. De même qu’avec toute autre forme de croyance d’ailleurs. Il faut dire que pendant longtemps, l’Eglise s’est invitée dans la vie sociale et intime des gens, allant souvent à l’encontre de leurs inclinaisons naturelles, ce qui ne pouvaient que les rendre malheureux.

Alors si ni le Progrès ni les Dogmes nous conduisent à l’épanouissement de soi et à une vie sage et heureuse, quel est donc le chemin à prendre ?

La clé du bonheur : l’amour de soi 

écrit par

La rédaction

Vous devriez lire

Savoir être

Comment ne plus avoir peur du regard des autres ?

Savoir être

Comment instaurer confiance en soi et sécurité intérieure ?

Savoir être

Comment être soi-même avec les autres ?

  1. Home
  2. /
  3. Être en paix, Savoir être
  4. /
  5. Comment être heureux selon Jean-Jacques Rousseau ?
back to top