back to top
Recherche
  1. Home
  2. /
  3. Savoir être, Bonheur
  4. /
  5. Bruce Lee Philosophe – La liberté

Bruce Lee Philosophe – La liberté

  • jeudi 8 juin 2017
  • 3 Min de Lecture

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Bruce Lee Philosophe – La liberté

La liberté est un état d’esprit

Le revoilà parmi nous ! Dans l’article Bruce Lee Philosophe, nous terminions sur cette phrase « être simple, c’est être libre ». Parfait, puisqu’ici, nous aborderons la liberté selon Bruce Lee ! Pour notre prof de philo préféré, la liberté n’est pas un concept intellectuel à intégrer ou une place forte à conquérir. Elle ne se trouve pas à l’extérieur de nous, elle est en nous. De fait, la bonne question à se poser n’est pas « comment devient-on libre ? » ou « quels sont les moyens pour l’être ? », mais « comment sommes-nous libres ? ». Ainsi, pour Bruce Lee, la liberté est donc un état d’esprit. Ce qui nous empêche d’y goûter ce sont nos prisons mentales.

1ère prison : la peur

« Il ne peut y avoir de liberté si vous êtes enfermés dans l’intérêt personnel et les murs de la discipline »

nous dit Bruce Lee. Avant les conditions politiques et sociales dans lesquelles nous vivons, c’est notre mental qui nous empêche d’être libre. Ne pas négliger son intérêt personnel est normal, cela relève du bon sens, mais quand nous n’avons que notre seul intérêt en tête, ce n’est pas un état de liberté, c’est un état de peur.

La peur de manquer, ou d’être oublié : « Ah non, il faut que je garde ça pour moi, on ne sait jamais ce qui peut arriver, et puis personne ne sera là pour moi ».

La peur de se faire avoir, qui nous rend suspicieux pour un oui ou pour un non. « J’ai déjà été trop gentil et ça m’a desservi, d’ailleurs trop bon, trop c**, comme on dit ! » Ces états de peur et de replis, provoqués bien souvent par une histoire passée, rendent l’esprit humain prisonnier de cette expérience douloureuse. Etre fermé aux autres traduit finalement son propre enfermement intérieur. Au quotidien, les choix sont dictés et soumis à la peur. On ne trouve ni spontanéité, ni liberté, puisqu’il n’y a que calcul !

2ème prison : La tradition

Quant aux murs de la discipline, Bruce Lee évoque ici la soumission aux règles et aux systèmes qui définissent pour les autres les « bonnes valeurs et les bons comportements » à avoir, ne tolérant aucun écartement. Or, pour Bruce Lee,

« les méthodes classiques et la tradition contribuent à l’esclavage de l’esprit : vous n’êtes plus un individu, vous devenez un produit. Votre esprit est aux mains du passé. » 

L’histoire personnelle de Shulem Deen, illustre très bien cet enclavement mental et psychologique. Il n’est pas le seul ! Pour beaucoup, les choix d’études ou de partenaires de vie sont soumis au carcan familial ou à la catégorie sociale à laquelle ils appartiennent. Le pire étant quand le formatage est si ancien et si profond, quand les individus n’en sont pas conscients, et sont persuadés d’agir en totale connaissance et liberté.

Comment sortir de ses prisons mentales

Ressentir la liberté, la vivre, c’est s’appliquer un double état d’esprit : sur le chemin intérieur, pas de peur, sur le chemin extérieur, pas de carcans. Aucune soumission d’aucune sorte !

« Un esprit conditionné, ou apprivoisé, ne peut être un esprit libre »

Pour reprendre, l’histoire de Shulem Deen, un esprit conditionné étouffe sa voix intérieure, or la liberté, la vraie, ne s’exprime que par l’intermédiaire de cette petite voix !

Les joies de la liberté

Libéré de nos peurs et de nos calculs, notre tête est plus légère et notre jugement est plus clairvoyant. Surtout l’abandon de l’intérêt personnel ouvre la porte aux autres. Notre énergie n’est plus consacrée à notre sécurité intérieure, elle est disponible pour être consacrée au bien-être des autres. Socialement et émotionnellement, la liberté nous rend donc plus sensibles, plus intelligents !

Enfin, se libérer des carcans et des préjugés, c’est se détacher des boulets environnementaux qui nous alourdissent l’esprit. Plus lucides, plus ouverts d’esprit, nous avons une vision plus claire et juste sur notre époque et le monde que nous habitons ! C’est pourquoi, après avoir affirmé qu’être simple c’est être libre, Bruce Lee nous dit aussi que

« la vraie liberté est l’aboutissement de l’intelligence ! »

écrit par

Camille

Savoir être

Bonheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Instapics

Restez connecté ! RECEVEZ QUOTIDIENNEMENT LES DERNIERES NEWS PLEINES DE BONHEUR !

Restez connecté !

Recevez quotidiennement les dernieres news pleines de bonheur !