Recherche
MON PANIER

Votre panier est vide.

  1. Home
  2. /
  3. Podcasts, Être parents, Enfants, Ados, Parentalité, Accueil
  4. /
  5. Comment (re)motiver son enfant à l’école ?

Rencontre avec le psychologue Jean-Luc Aubert

Tous les parents souhaitent offrir à leurs enfants une bonne éducation qui passe, dans notre société, par la réussite scolaire.

Or encourager et convaincre un jeune collégien de l’intérêt d’apprendre à calculer l’aire d’un triangle demande, chez les parents et les enseignants, un savoir-être qui n’est pas donné à tout le monde.

Sans compter que le stress des résultats scolaires et ses enjeux entravent pour beaucoup de parents toute possibilité de penser une éducation sereine. Beaucoup se retrouvent alors désemparés quand leur enfant ou adolescent rencontre des difficultés à l’école.

Plusieurs questions se posent alors : comment motiver son enfant à l’école ? Comment l’accompagner dans les apprentissages scolaires ? Que faire, devant un enfant ou un ado que rien, ou presque, n’intéresse à l’école ?

Pour répondre à ses questions, nous rencontrons Jean-Luc Aubert, psychologue spécialiste de l’enfant et de l’adolescent, et l’auteur du récent livre « Comment motiver son enfant à l’école » (Odile Jacob, 2021)

  • Jean-Luc, vous pratiquez la psychologie en profession libérale depuis une quinzaine d’années, mais vous avez d’abord pratiqué pendant 20 ans la psychologie scolaire, et avant cela vous étiez enseignant auprès d’enfants handicapés physiques et/ou mentaux. Comment êtes-vous devenu enseignant puis psychologue ?
  • JLA : En pratiquant la pédagogie je me suis rendu compte que la psychologie est essentielle. Les enseignants sont formés pour enseigner à des enfants qui vont apprendre tout seuls. Or, certains enfants ont besoin d’aide, et pour ce faire, la pédagogie seule ne suffit pas. Il faut comprendre l’enfant sur le plan psychologique et lui apporter une certaine sérénité psychique pour qu’il puisse mobiliser son énergie et apprendre.

Comment apparait et se développe la motivation ?

Les trois formes de motivation

  • Quel est l’environnement favorable à la motivation d’un enfant dans les apprentissages scolaires ?
  • JLA : Il existe trois formes de motivation, dont la principale est la motivation naturelle. Tous les enfants la possèdent parce que tous ont besoin d’apprendre à devenir autonomes et indépendants. Pour satisfaire ce besoin, l’enfant est poussé par une forme de pulsion appelée la pulsion épistémophilique qui dure jusqu’à l’âge de 7 ans. Tous les bébés apprennent à marcher et à parler spontanément, sans être forcés par leurs parents.
  • De même qu’à partie de l’âge de 3-4 ans, l’enfant pose beaucoup de questions. Si le parent lui répond globalement de façon satisfaisante, le besoin de l’enfant est comblé et il éprouve du plaisir. Ce plaisir d’apprendre va être transféré ensuite à l’école. En revanche, l’enfant qui a été mal accompagné dans sa démarche d’apprentissage spontané, ne connaitra pas ce plaisir et aura des difficultés pour être motivé à l’école.

En plus de la motivation naturelle, on trouve deux autres motivations :

  1. La motivation élective née à la suite d’un contact avec un proche, ou d’un enseignant inspirant dont la passion pour un sujet particulier a été transmise à l’enfant réceptif. Combien de vocations sont nées ainsi ?
  2. La motivation réparatrice, destinée à soigner une blessure psychique mal cicatrisée. C’est une motivation mise en place pour prouver quelque chose ou pour pallier un manque affectif. Par exemple, un enfant peut décider de bien travailler à l’école pour donner tort à des parents qui le dénigrent. De nombreuses réussites professionnelles et sociales se sont bâties sur ce manque d’amour et ce besoin de reconnaissance.

Les limites de la volonté

  • Dans votre livre vous remettez en question l’adage « quand on veut on peut ». Vous dites qu’il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir, pourquoi ?
  • JLA : Parce que dans un premier temps il faut pouvoir pour vouloir. « Pouvoir arriver à quelque chose » dépend d’une certaine disponibilité psychique et motivation, tandis que « vouloir » est du ressort de l’intellect pur. Par exemple, tout le monde peut dire « je veux devenir ministre » sans pouvoir le devenir pour autant.
  • L’enfant dispose d’une bonne disponibilité psychique et d’une bonne motivation grâce, et par, des relations affectives satisfaisantes.
  • Vous écrivez aussi : « Le parent parfait est un parent (un peu) imparfait 
  • JLA : Un parent parfait, s’il existe, répond toujours et parfaitement aux besoins de l’enfant. Seulement, une fois hors de la famille, l’enfant est désarmé. Les erreurs, les moments d’inattention, d’énervement, participent à l’éducation, car l’enfant y sera confronté au cours de sa vie.
Vous devriez lire

Parentalité

Laissez vos enfants tranquilles!

Parentalité

Comment éduquer ses enfants sans s’énerver et crier ?

Parentalité

Comment soutenir et aider mon enfant au sport ?

  1. Home
  2. /
  3. Podcasts, Être parents, Enfants, Ados, Parentalité, Accueil
  4. /
  5. Comment (re)motiver son enfant à l’école ?
back to top