Le bonheur comme état d'esprit !

des news toutes les semaines ça fait plaisir !
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :)



S'inscrire
back to top
Recherche

Donner et recevoir

  • dimanche 29 avril 2018
  • 2 Min de Lecture

Donner et recevoir, la voie vers la réalisation de soi

Puisqu’il n’y a pas de séparation, en vérité, donner et recevoir sont identiques. À l’image d’un robinet, c’est en donnant que nous recevons. Ainsi, tant que nous teintons de contrainte, d’effort, de souffrance, de frustration et de rancœur ce que nous « offrons » à autrui, nous recevons exactement avec cette même altération. L’eau qui parvient dans le cœur d’un robinet est pure et claire. Plus il augmente son débit, c’est-à-dire plus il ouvre son cœur, plus il reçoit en retour. À la fois de la part de la Source elle-même et de ceux qui s’abreuvent auprès de lui. S’il se mettait à juger la situation et son service, il contaminerait en quelque sorte l’eau qui le traverse. Les buveurs en seraient incommodés et iraient se servir auprès d’un autre point de distribution. Ledit robinet, donnant ainsi beaucoup moins, recevrait instantanément une quantité d’eau bien inférieure en son cœur…

Il ne peut y avoir davantage de joie à recevoir qu’à donner puisque, nous l’avons dit, c’est le même mouvement, le même cycle relationnel. L’un ne peut aller sans l’autre, comme l’inspiration et l’expiration. Ainsi, ceux qui, parmi nous, s’estiment lésés ou fatigués du fait qu’ils donneraient beaucoup et recevraient peu en retour se leurrent : soit ils sont aveugles à ce qu’ils reçoivent, soit ils ne donnent rien. Qui est capable de beaucoup expirer sans avoir préalablement beaucoup inspiré ? Le besoin d’être vu et reconnu comme quelqu’un de généreux trouve très souvent son origine dans une blessure narcissique. Ainsi, certains pourront faire montre d’une générosité dispendieuse, juste pour améliorer l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.

Par ailleurs, il est utile de sortir de l’idée que le don est physiquement observable, nécessairement quantifiable et remarqué. Le don spectacle ou la charité éclatante n’est rien d’autre qu’un commerce de l’ego avec sa « bonne » conscience. Par exemple, le fait d’offrir un fauteuil roulant à quelqu’un qui aurait davantage besoin d’une canne témoigne d’un aveuglement caractéristique du personnage en besoin de reconnaissance. Le don est un état sans commencement ni fin, pouvant potentiellement se matérialiser sous la forme d’un regard, d’un geste, d’une offrande, d’une parole. Par conséquent, il ne cesse pas quand l’action extérieure se termine ou lorsque les lumières s’éteignent.

Donner en comptant n’est rien d’autre que s’apprêter à exiger un retour. Et quant à ceux qui se déclarent ou se voient « généreux », ils ne sont évidemment que l’ombre du don : le Soleil ne mesure, ne commente ni ne rationne la lumière qu’il partage.

Pour aller plus loin : Le feu de l'esprit - L'ultime effort est de n'en faire aucun de Gregory Mutombo aux éditions Guy Trédaniel
écrit par
Gregory Mutombo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires