Recherche
MON PANIER

Votre panier est vide.

  1. Home
  2. /
  3. Sujets d'actualité, Santé, Société
  4. /
  5. Comment les autistes voient et pensent le monde ?

Ni handicapés, ni géniaux mais différents

De l’autisme, beaucoup de personnes en ont une vision restreinte : celle d’un « inadapté social » dénué d’émotions et incapable d’échanger une parole ou un regard. Cette forme d’autisme est la plus grave, mais elle est aussi la plus rare.

En fait, la grande majorité des autismes sont des formes légères. Et il apparaît que bon nombre de personnes talentueuses et géniales en soient pourvu.

Leurs noms nous sont d’ailleurs bien connus : Einstein, Darwin, Vincent Van Gogh, Andy Warhol et Marc Zuckerberg, qui, pour la petite anecdote, avait pensé et créé Facebook pour faciliter les échanges sociaux entre personnes autistes ou Asperger (ce qui revient à peu près au même, puisque le syndrome Asperger est un trouble neurologique du spectre autistique).

Les recherches sur l’autisme sont actuellement en cours, et de plus en plus de chercheurs en neurosciences et psychologie avancent l’hypothèse que l’autisme de forme légère ne serait pas la conséquence d’un cerveau « déficient », mais tout simplement d’un cerveau différent.

David Gourion, médecin psychiatre à l’hôpital Saint-Anne, et Séverine Leduc, psychologue clinicienne spécialisée dans le diagnostic du trouble du spectre de l’autisme (TSA), ont rédigé à quatre mains l’ouvrage « Eloge des intelligences atypiques » (Odile Jacob, 2021) qui recense les dernières études neurologiques consacrées à ce trouble.

Leur but ? Nous faire comprendre comment les autistes voient et pensent le monde afin d’avoir un regard plus juste sur eux pour mieux les accompagner et les soutenir dans un monde qui n’est pas pensé pour eux.

Que se passe-t-il dans le cerveau d’un autiste ?

Tous les Hommes ne sont pas des animaux sociaux

Aristote l’a dit : l’homme est un animal social. D’instinct, nous savons comprendre et décoder les émotions de l’autre, et ce, depuis notre naissance pour assurer notre survie.

Toujours dans cette même optique, le cerveau joue également le rôle de filtre. Toutes les informations qu’il glane sur notre environnement sont triées pour nous faire parvenir seulement l’essentiel. Nous gagnons en temps et en énergie.

Or, pour les personnes autistes, le cerveau n’a pas le même programme, et présente trois différences majeures :

  1. Au lieu de filtrer, le cerveau laisse passer beaucoup plus d’informations sensorielles.

Les sens sont amplifiés allant même parfois jusqu’à faire fusionner des informations auditives, visuelles, tactiles etc. Conséquence de quoi, les milieux où les informations sont trop nombreuses (marché sur la place publique, la cour de récréation, un bal masqué etc.) perturbent grandement la personne, allant jusqu’à la plonger dans une crise d’angoisse ou de colère.

  1. Les zones cérébrales qui impliquent les neurones miroirs et sont dédiées aux capacités sociales (perception des émotions sur les visages et la tonalité des voix) sont peu ou pas du tout activées.

Conséquence de quoi, il est difficile de comprendre les intentions et le comportement des autres à travers le langage corporel ou le langage social. Les personnes autistes sont incapables de faire la différence entre le 1er et 2nd degré, et ne saisissent donc pas l’intention d’un mot d’esprit, ironique ou sarcastique.

  1. Les régions du cerveau dédiées aux fonctions intellectuelles supérieures présentent 70 % de neurones en plus par rapport au cerveau lambda. Ce qui confère aux personnes autistes une capacité à traiter et à mémoriser une quantité impressionnante d’informations et de détails.

Un tel système cérébral explique la proportion de génies chez les personnes autistes, mais également leur souffrance et leur vulnérabilité.

La souffrance des caméléons sociaux

Même si ce ne sont pas des « animaux sociaux », les autistes aspirent à bien vivre avec leurs semblables et à être acceptés par eux. Notamment quand ils sont adolescents.

écrit par

La rédaction

Vous devriez lire

Société

Comprendre et guérir de l’anorexie

Santé

Maladie d’Alzheimer : comment s’en protéger et l’accompagner ?

Savoir être

Comment vit-on le temps en fonction de son âge ?

  1. Home
  2. /
  3. Sujets d'actualité, Santé, Société
  4. /
  5. Comment les autistes voient et pensent le monde ?
back to top