back to top
Recherche

Rejoignez Bloomingyou, média libre, curieux et heureux
grâce à ses lecteurs

Cet article est réservé aux membres
inscrits à la newsletter

Déja inscrit ?
Je me connecte

Le bonheur comme état d’esprit,
c’est notre mantra chez BloomingYou!

Nous décryptons les mécanismes
entre corps et esprit et les
connaissances utiles à l’épanouissement
individuel et collectif.

Inscrivez-vous gratuitement
pour poursuivre votre lecture

Inscrivez-vous gratuitement
pour poursuivre votre lecture

MON PANIER

Votre panier est vide.

Profitez des contenus de Bloomingyou
en illimité !

Plus d'infos !

Vous avez bénéficié de 3 articles
gratuits pour découvrir Bloomingyou

Profitez d'un accès illimité et sans engagement à nos contenus
à partir de 1,90€ par semaine

Je ne souhaite pas m'abonner ?
Dites-nous pourquoi… →

Ce que le covid 19 dit de nous…

  • mis à jour le mercredi 29 avril 2020
  • 3 Min de Lecture

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

ce-que-le-covid-dit-de-nous

Quand la réalité dépasse la fiction

Aucun scénariste hollywoodien n’aurait osé imaginer un scénario de crise telle que celle que nous vivons depuis le début de l’année !

En effet, la pandémie du Covid 19 met en lumière les aberrations de l’économie et de nos comportements irrationnels, entre ruée vers le PQ et les pâtes, manque cruel de masques et d’équipements de sécurité, des compagnies aériennes qui font circuler leurs avions à vide afin de conserver leurs créneaux horaires, des experts qui disent tout et son contraire, Trump qui aimerait nous faire des ordonnances à base d’injections de javel dans les poumons, j’en passe et des meilleures !

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Une démographie galopante

La croissance démographique exponentielle (nous sommes passés de 1,6 milliards d’habitants en 1900 à + de 7,6 milliards aujourd’hui avec une projection à 9,8 milliards à 2050 !) s’est malheureusement accompagnée d’un capitalisme débridé avec une explosion de la consommation.

A titre d’exemple, selon une étude de l’Institut McKinsey, le citoyen occidental a acheté en 2017 60 % d’habits en plus qu’en 2000. Et pour les garder deux fois moins longtemps !

La destruction des écosystèmes

Résultat : non seulement nous épuisons les ressources de notre chère planète, mais nous empiétons de plus en plus sur l’habitat naturel d’animaux sauvages qui ne doivent pas coexister avec l’homme, comme les singes ou les chauve-souris, sans compter les moustiques…

Il est intéressant ainsi de rappeler que les zoonoses (maladies transmissibles de l’animal à l’homme et vice-versa) les plus connues viennent pour l’essentiel de la domestication animale, comme la vache qui est à l’origine des virus comme la variole, la rougeole, les oreillons, ou le cochon avec la coqueluche et le singe à l’origine du VIH et d’Ebola.

Le SRAS et son évolution plus récente qu’est le Covid 19 sont là aussi une résultante de notre sur-exploitation de territoires qui auraient dû rester sauvages….

Et pour bien être conscients de la menace qui nous attend, il existe selon les scientifiques plus de 320 000 virus que nous ne connaissons pas encore chez les mammifères. Et il est plus que probable que leur contact nous exposera à de nouvelles pandémies aux conséquences imprévisibles !

La fin de notre monde ?

Cette première pandémie du Covid 19 est une conséquence de notre avidité liée à une ignorance patente de ce qui fait notre raison d’être et nous en payons aujourd’hui un lourd tribut, tant au niveau du bilan humain que du prix à payer et de la dette gigantesque qui devra, une fois encore, être portée par les jeunes générations…

Nous vivons dans un monde où nous avons perdu tout lien d’authenticité et dans lequel les êtres et les biens sont instrumentalisés, avec notre assentiment…Nous sommes devenus des automates au services d’un capitalisme sauvage et meurtrier dont nous sommes les co-créateurs.

Comme l’a déclaré l’épidémiologiste Larry Brilliant, « les émergences de virus sont inévitables, pas les épidémies ». Toutefois, nous ne serons épargnés par ces dernières qu’à condition de mettre autant de détermination à changer nos comportements que nous en avons mis à perturber la nature et la vie animale.

Rappelons également que nos systèmes économiques sont néfastes pour la santé et que même en l’absence de coronavirus, la pollution de l’air fait 8 millions de morts dans le monde chaque année…

Puissions-nous comprendre de cette crise que l’économie, le bien-être de l’humanité ainsi que de celui du vivant en général sont des notions totalement imbriquées et interdépendantes et que ce cercle ne sera vertueux que si nous, humains, n’allons pas vers plus de frugalité (acheter moins mais mieux, plus local et plus durable), plus d’humanité (la pauvreté, même cachée et sous cloche, finira toujours par exploser au visage des plus nantis, surtout quand la concentration des richesses n’a jamais été aussi flagrante) et de conscience (un des facteurs accélérateurs des pandémies est bien sûr la précarité sociale !).

Soit nous demeurons esclaves de nos réflexes primitifs avec le risque d’une nouvelle catastrophe encore plus destructrice, soit le covid 19 nous offre l’opportunité à « moindre frais » de changer de paradigmes et ainsi de s’engager dans une autre logique.

Et je suis optimiste quant à la capacité de l’homme à se ré-inventer mais l’optimisme est une responsabilité surtout au vu de la rapidité avec laquelle nous avons oublié nos bonnes résolutions suite à la crise de 2008.

Soyons dans la quête de l’être et non plus seulement de l’avoir…

À nous de jouer !

Crédit photo : Alice Boursini

écrit par

Amal Dadolle

Écologie

Époque

Prospective & économie

Société

Sagesse & philosophie

4 commentaires
  • Répondre sylvaine allié
    • mercredi 29 avril 2020
    • 12 h 39 min

    Très beau message ! Nous sommes absolument tous responsables de ce que nous ferons de cette période révélatrice.
    Photo superbe en prime !

  • Répondre Liagre elise
    • mercredi 29 avril 2020
    • 13 h 19 min

    Très bon article !! Beaucoup devrait y réfléchir !! Je partage dans mon réseau avec plaisir. !!

  • Répondre JÉRÔME Nathalie
    • mercredi 29 avril 2020
    • 13 h 39 min

    Merci pour votre message d’ une grande clarté, intelligence et riche de sens. Je partage complètement votre point de vue.

  • Répondre Ariane Angeloglou
    • dimanche 3 mai 2020
    • 13 h 55 min

    J’adhère totalement. La Terre et l’être humain sont indissociables l’un de l’autre. Alors, respectons-nous mutuellement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Instapics
Conférence EXCLUSIVE en ligne

2021, année du boeuf de métal

06/02/2021 Durée: 1h30