Recherche
MON PANIER

Votre panier est vide.

  1. Home
  2. /
  3. Sujets d'actualité, Société
  4. /
  5. Pourquoi la science n’aime pas les femmes ?

Science et femmes : retour sur une énigme

Parmi les croyances populaires, il est souvent affirmé que les femmes n’aiment pas les sciences « dures », celles qui comprennent les mathématiques, la physique-chimie, l’informatique, la technologie et les sciences de l’ingénierie.

Une croyance qui se justifie au regard des effectifs : on compte seulement 20 % d’étudiantes parmi les élèves ingénieurs en « informatique et sciences informatiques » ou « électronique, électricité ».

Ce pourcentage est non seulement modeste mais aussi assez surprenant, puisque depuis des décennies, des efforts considérables sont déployés pour changer la donne et amener les filles vers les sciences dures.

Les acteurs de ce changement sont nombreux : l’Etat en premier lieu, les écoles, les facultés de sciences et de nombreuses associations (Femmes & Sciences, Femmes & Mathématiques) dont certaines sont affiliées à de grandes entreprises (La Fondation L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science). Pour ces dernières, l’intérêt d’accueillir des ingénieures, des physiciennes et autres, est multiple.

Non seulement cela contribue à véhiculer une image positive de l’entreprise, mais si on en croit de nombreuses études, les équipes mixtes contribueraient à booster leur créativité et leur performance :

  • En 2016, une enquête avec l’UNESCO démontrait que les équipes comprenant entre 40 et 60 % de femmes étaient à 78 % plus performantes par rapport aux équipes non mixtes.
  • En 2015, le McKinsey Global Institut publie une étude démontrant que la discrimination homme/femme fait perdre au monde 12 000 milliards de dollars.

Mais qu’importent les études, les journées-promotion, les conférences et autres colloques organisés pour promouvoir la diversité, les filles ne se dirigent pas plus vers les sciences dures. Pourquoi ?

C’est à cette question qu’a tenté de répondre Fabiola Flex, chef d’entreprise et journaliste indépendante, dans une enquête intitulée « Pourquoi la science n’aime pas les femmes » (édition Buchet-Chastel, 2021).

Les femmes n’aiment-elles vraiment pas les maths ?

La science aime les femmes

Il est entendu que le titre de l’ouvrage de Fabiola Flex est une provocation. Bien sûr que la science aime les femmes et que cette affection est réciproque.

Deux témoins le démontrent à commencer par l’Histoire.

Des femmes scientifiques ont discrètement sillonné l’Histoire des sciences de l’Antiquité à aujourd’hui, et même si l’on ne retient que le nom de Marie Curie, elle est loin d’être la seule.

Il y eut aussi :

  • Hypatie, une mathématicienne qui vécut en Egypte et enseigna la philosophie et l’astronomie à l’école néoplatonicienne d’Alexandrie. C’est la première femme scientifique connue à ce jour.
  • Marie-Anne Pierrette Paulze, épouse et première collaboratrice du chimiste Antoine Lavoisier.
  • L’astronome Henrietta Swan Leavitt qui développa un système de calcul de distance entre les planètes, connu sous le nom de « Loi de Leavitt ».

D’autres ont existé. Et même si elles ont été beaucoup moins nombreuses que les hommes, leur vie témoigne de l’appétence des femmes pour la science.

Le second témoin révélant cette appétence est le fait que 64 % des étudiants en médecine et en biologie sont des étudiantes. Or, ces études demandent un solide bagage en sciences dures.

Alors pourquoi de si nombreuses biologistes et médecins et si peu d’ingénieures, de mathématiciennes et d’informaticiennes ?

Avant de lever le voile sur ce mystère, revenons sur les hypothèses à écarter.

écrit par

La rédaction

Vous devriez lire

Société

Comment l’égalité sociale contribue au bonheur collectif ?

Société

Pourquoi la méritocratie n’existe pas ?

Société

Pourquoi le PIB est-il un indicateur contesté ?

  1. Home
  2. /
  3. Sujets d'actualité, Société
  4. /
  5. Pourquoi la science n’aime pas les femmes ?
back to top