Recherche
MON PANIER

Votre panier est vide.

  1. Home
  2. /
  3. Podcasts, Sujets d'actualité, Philosophie, Société
  4. /
  5. Tous toxiques, tous victimes : 50 nuances de gris

 

 

Rencontre avec la thérapeute Anne-Laure Buffet

A plusieurs égards, notre société épuise nos esprits. L’une des causes étant les simplifications extrêmes empêchant la nuance et la réflexion.

Les pensées et prises de parole entendues ne sont souvent que des opinions binaires et des jugements radicaux, opposant bourreaux d’un côté et victimes de l’autre.

Mais la réalité n’est jamais aussi simple : elle est toujours complexe, subtile et nuancée. Sauf que beaucoup refusent de l’entendre et vont même considérer la nuance comme dangereuse et traître.

C’est là qu’on glisse dans la violence et la censure auxquelles on assiste dans les médias et les réseaux sociaux.

Qu’est-ce que ces affrontements binaires et stériles disent de nous en tant qu’individus ? Comment en sortir et retrouver le sens de la nuance, du subtil et de l’esprit critique constructif ?

Pour comprendre les mécanismes à l’origine des croyances et des états d’esprit qui gouvernent notre époque, nous recevons Anne-Laure Buffet, thérapeute spécialisée dans l’accompagnement des victimes de violences intrafamiliales et conjugales et l’auteure de l’essai « Tous toxiques, tous victimes ? » (éditions L’Observatoire, 2021).

Sommes-nous tous à la fois toxiques et victimes ?

  • Le titre de votre ouvrage « Tous toxiques, tous victimes » interpelle, serions-nous tous aussi bien bourreaux que victimes ?
  • ALB : Nous avons tous en nous des parts bonnes pour notre entourage, et d’autres parts plus difficiles à recevoir. On peut donc avoir des comportements toxiques sans être un bourreau, qui est un terme exagéré.

Un comportement toxique signifie que nous empoisonnons l’existence de l’autre pendant un moment. Par exemple, cela peut être de faire une réflexion désagréable sans s’en rendre compte. Si l’autre ne répond pas, l’incident, même mineur, laisse place à la rancœur, à la défiance etc.

La vigilance s’impose donc : tout ce qui se créé lors de nos interactions peut perdurer dans le temps, et aboutir lentement mais sûrement à ce que nous soyons toxiques, ou victimes d’un certain nombre de comportements.

Pour apaiser une relation, il est donc nécessaire de se remettre en question et d’admettre que l’on puisse être toxique pour les autres pendant un temps plus ou moins long.

  • Quels sont les attributs d’un bourreau et d’une victime ?
  • ALB : Je refuse de suivre ce qui est entendu partout. A savoir que la victime serait forcément une personne gentille, empathique, bienveillante, à haut-potentiel, hypersensible etc. Cette idée amène beaucoup de personnes fragilisées à adopter des croyances complètement délirantes.

Une victime est un être-humain qui a connu dans son enfance une situation traumatisante. Il en garde une vulnérabilité qu’il va chercher à combler toute sa vie. Consciemment ou non.

Par ailleurs, on n’est une victime que face à une personne pouvant s’emparer et combler nos failles un certain temps, avant de s’en servir à son profit. C’est ainsi que le système d’emprise s’installe, et que la personne devient toxique. Si son comportement toxique est quotidien et permanent, alors la personne devient un bourreau.

La fable des gentils et des méchants 

Extrait de « Tous toxiques, tous victimes »

« Le monde ne se divise pas d’une manière manichéenne avec d’un côté les toxiques et de l’autre les victimes.

Les toxiques sont ceux qui nous contrôlent et nous gouvernent que cela soit sous notre toit, dans notre pays voire notre monde. Contrôle de la pensée, contrôle de l’action, contrôle de l’opinion, contrôle de l’imagination. Une vie rêvée pour tout adepte de 1984 version « je veux être Big Brother ».

[…] Mais si le tyran ne se soumet à aucun contrôle extérieur, n’est-il pas contraint par sa propre volonté à un « toujours plus » ? Insatisfait permanent, ce qui est obtenu appartient déjà au passé, et est de fait insuffisant. Ne pouvant résister à un pouvoir et une puissance grandissants, il ignorera cette insatisfaction pour augmenter sa domination.

Quant aux victimes, elles ne seraient que des personnes innocentes, souvent qualifiées de fragiles, auxquelles on prête volontiers de la bienveillance, de l’empathie, de l’intuition, une trop grande écoute, un trop grand besoin de s’investir, une patience infinie et que sais-je encore.

[…] Dans une croyance encore trop partagée, elles ne sont pas seulement parées de vertus, elles sont décrites comme faibles car elles auraient dû réagir, elles auraient dû savoir, elles auraient dû de ne pas accepter.

Si, ainsi qu’on le dit, elles étaient si douées d’intuition, elles auraient passé leur chemin, elles ne seraient pas restées figées dans une situation forcément toxique. Elles auraient su dire non, elles se seraient opposées et seraient même sorties victorieuses et triomphantes d’un combat inégal.

En résumé, si l’on ne cherche pas à comprendre et que l’on s’en tient à un regard acerbe et circonspect, la victime est stupide. Gentille certes, toujours prête à aider indéniablement, mais stupide. »

La simplicité n’est pas humaine

  • Ceci est un passage de votre livre. Pourquoi avez-vous choisi de partager cet extrait ?
  • ALB : Parce que je ne supporte plus d’entendre parler de pervers narcissique à tort et à travers. On a l’impression de le voir partout et que tout le monde en a croisé un. Des patients viennent et affirment « je suis victime d’un pervers narcissique », sauf que c’est plus compliqué que cela.

Il n’y a pas un modèle de fonctionnement uniquement chez l’être-humain. Il faut donc se méfier de nos étiquettes, des termes nouveaux et des effets d’annonces. Toutes les situations, même quand elles sont similaires, ont leur particularité.

  • ALB : Certains de mes patients affirment être des victimes (ce qu’ils sont indéniablement) et me confient avoir peur de sortir de cet état. D’autres personnes affirment que telle victime est une gourde. Sauf que c’est faux, la personne en souffrance est toujours victime de ses croyances et de ses failles. C’est cela qu’il faut entendre. Il faut donc aller plus loin qu’au premier propos qui nous est proposé.

Comment retrouver le sens de la nuance ?

Cultiver le doute cartésien

Vous devriez lire

Savoir être

Comment développer son autonomie cognitive ?

Société

Petites et grandes vérités sur le mensonge

Société

Fake news : pourquoi devons-nous cultiver l’esprit critique?

  1. Home
  2. /
  3. Podcasts, Sujets d'actualité, Philosophie, Société
  4. /
  5. Tous toxiques, tous victimes : 50 nuances de gris
back to top