back to top
Recherche
  1. Home
  2. /
  3. Santé & Bien-être, Prospective & économie, Vitalité & bien vieillir
  4. /
  5. Cancer : et si nous pouvions guérir tous les malades...

Cancer : et si nous pouvions guérir tous les malades ?

  • mis à jour le mardi 11 juin 2019
  • 6 Min de Lecture

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

cancer-et-si-nous-pouvions-guerir-tout-les-malades

Le pari révolutionnaire du Dr Schwartz

La croisade d’un cancérologue

Cancérologue réputé parmi ses pairs, longtemps enseignant à l’École Polytechnique, le Dr Laurent Schwartz est également l’auteur de nombreux ouvrages, dont le best-seller « Cancer : un traitement simple et non toxique ».

Il y expose son hypothèse principale :

  • et si le cancer n’était pas du tout une maladie pernicieuse et complexe à soigner ?
  • Si, au contraire, il était possible de le soigner avec un traitement simple et léger, contrairement à la chimiothérapie ?

Dans son dernier ouvrage, « La fin des maladies », le Dr Schwartz revient sur le traitement bon marché qu’il propose pour guérir du cancer, tout en allant plus loin. Il expose une nouvelle vision des maladies en mettant en évidence leur origine commune.c’est qu’en effet, que cela soit une hépatite ou un cancer, le processus pour tomber malade est exactement le même. Ainsi le traitement pour soigner ces maladies sera similaire.

Enfin, pour qu’une guérison soit totale, le Dr Schwartz insiste sur l’importance d’un régime alimentaire approprié. Car, une bonne alimentation est la clé d’une bonne santé.

Nous allons donc en apprendre plus sur ce traitement miracle du Dr Schwartz, et nous verrons plus loin les raisons qui l’empêchent d’accéder à une reconnaissance publique.

Otto Warburg, l’Einstein de la médecine

Au commencement de sa quête de traitement, le Dr Schwartz s’inspira des travaux d’Otto Warburg, médecin allemand et prix Nobel de médecine en 1931. De son vivant, la renommée du Dr Warburg fut celle de Louis Pasteur. Mais ayant décidé de ne pas quitter l’Allemagne, alors gouvernée par le IIIème Reich, ses ouvrages ne furent pas publiés en anglais et après sa mort en 1970, on oublia son nom.

Ce que l’on ne peut que regretter car le Dr Warburg fut le premier à découvrir l’origine du cancer . En s’inspirant des observations de Louis Pasteur sur le mécanisme de la levure, il découvrit comment les cellules cancéreuses apparaissaient. Quand les cellules ne respirent plus, elles fermentent du sucre . Or, toutes les cellules cancéreuses fermentent, c’est ainsi qu’on les distingue des cellules saines. C’est à partir des observations d’Otto Warburg que le Dr Schwartz commença un traitement.

En quête d’un remède contre le cancer

Ce remède reposera sur deux points :

Connu depuis longtemps pour faire perdre du poids et lutter contre les maladies. Sa caractéristique est de bannir le sucre et de consommer des glucides, des protéines, mais surtout beaucoup de lipides. Privées de sucre et recevant un grand apport en matière grasse, les cellules se retrouvent trop occuper à brûler les acides gras au lieu de fermenter le sucre.

  • un traitement anti-fermentation

Parce que changer d’alimentation ne suffit pas à vaincre le cancer, il faut également prendre un traitement qui empêchera les cellules de fermenter et de croître en les faisant respirer à nouveau.

Comment trouver un tel traitement ? C’est là tout le pari révolutionnaire du Dr Schwartz ! Les molécules susceptibles de composer ce traitement existent dans nos pharmacies mais sont utilisées pour d’autres troubles et maux. Tout l’enjeu est alors de les identifier et de les tester pour trouver une combinaison efficace de molécules pour lutter contre le cancer.

Soigner le cancer pour pas cher

Le rôle-clé de la mitochondrie

Comme l’explique le Dr Schwartz : « La cellule est un moteur qui fonctionne à l’eau. L’énergie mitochondriale permet de moduler l’acidité et la salinité. Ainsi, la mitochondrie, par l’énergie qu’elle produit, et par son influence sur l’acidité du cytoplasme, constitue une véritable tour de contrôle de la cellule. »

Or, quand les cellules sont touchées par l’inflammation (due au stress, à l’alcool, à notre régime alimentaire, etc..), les mitochondries sont perturbées et ne remplissent plus leur rôle de gardiennes. Elles sont immobiles, et leur inactivité empêche les cellules de respirer, ce qui conduit celles-ci à fermenter du sucre.

Mais au cours de ses recherches, le Dr Schwartz a observé qu’il était possible de relancer l’activité mitochondriale, et donc d’entraver la prolifération des cellules cancéreuses. Pour ce faire, il faut trouver les bonnes molécules dont la vocation est d’aider les mitochondries à se réactiver.

Le traitement pour guérir du cancer

Au cours de ses essais, le Dr Schwartz découvre deux molécules prometteuses, sans dangers et que nous trouvons déjà en pharmacie à un prix accessible.

Il s’agit de :

  • l’acide lipoïque
  • et de l’hydroxycitrate.

Leur alliance stoppe le développement des cellules cancéreuses. Des patients ou lecteurs du Dr Schwartz ont testé ces deux molécules, et les résultats semblent plus qu’encourageants : tous se disent se sentir mieux et certains retrouvent la forme, leurs cheveux et leur désir sexuel.

A côté de l’acide lipoïque et de l’hydroxycitrate, deux autres molécules sont prometteuses car influençant également l’activité mitochondriale :

  • le dioxyde de chlore,
  • et le bleu de méthylène.

En parallèle de la découverte de ces traitements, les travaux du Dr Schwartz lui ont permis de comprendre un fait notoire : alors que les maladies ont l’air toutes déconnecté des unes des autres, il existe pourtant une origine commune à toutes.

L’origine commune des maladies

Que cela soit pour le cancer, l’Alzheimer, l’hépatite, Parkinson, toutes ces maladies trouvent leur origine dans l’inflammation des cellules des organes touchés. Par exemple, l’inflammation du foie va être à l’origine de l’hépatite, de la cirrhose ou du cancer du foie suivant la gravité de la situation. Pour les maladies neurologiques, l’inflammation d’une zone nerveuse particulière du cerveau va avoir sa maladie. Si c’est l’amygdale nous allons développer la maladie de Parkinson, si c’est la moelle, nous allons développer la maladie de Charcot.

Ainsi, même si les symptômes sont différents d’une maladie à l’autre, le processus à leur origine est toujours le même. En effet, sous inflammation, les mitochondries ne fonctionnent plus et entraînent une baisse de notre rendement énergétique. En conclusion, les traitements pour soigner Parkinson ou l’hépatite seront comme le cancer, conçus pour relancer l’activité mitochondriale.

Fort de ses découvertes sur un traitement potentiellement prometteur contre le cancer, et les autres maladies, le Dr Schwartz publia ses résultats dans des revues scientifiques internationales. Néanmoins, en dépit de sa notoriété, il ne put réellement mener des essais plus poussés pour mettre au point des traitements. Deux grands murs se sont dressés face à lui : la ténacité des dogmes et la recherche du profit.

Plaidoyer pour une nouvelle médecine

L’accueil froid des Institutions

En 2012, le Dr Schwartz proposa à l’Institut français du cancer, alors présidé par Agnès Buzyn, de mener des essais thérapeutiques. Silence total. Idem du côté des AP-HP et centres de cancérologies. Le Dr Schwartz et sa théorie ne sont pas les bienvenus. Le Conseil de l’ordre des médecins lui a même intimement demandé de s’expliquer. On lui reproche de propager de vain espoir alors que sa thèse n’a pas été démontrée par une série d’essais rigoureux.

Comme le remarque le Dr Schwartz : « Il avait raison, je n’ai pas la preuve définitive de ce que j’avance, toutefois nous avons une présomption forte, étayée par une abondante littérature, dès lors pourquoi ne pas courir le risque ? »

Pourquoi ne pas courir le risque, en effet ? Parce que si demain soigner le cancer coûte 15 €, c’est la clé sous la porte pour beaucoup d’entreprises.

Le juteux business des maladies

« Force est de reconnaître que si les efforts engagés pour vaincre le cancer n’ont pas été jusqu’à présent couronnés de succès, les traitements actuellement mis en œuvre contre cette maladie, comme la médecine moderne en général, offrent un véritable eldorado aux entrepreneurs. Pensons seulement aux statines, qui servent à abaisser le taux de cholestérol. Il semblerait qu ce traitement est de plus en plus ouvertement reconnu comme inutile, voire dangereux. Mais le Lipitor, la plus vendues des statines, a déjà rapporté à son fabriquant 125 milliards de dollars. Que pèse l’inefficacité médicale face à de tels bénéfices ? »

Pourtant, tous ces profits qui finissent dans les caisses de l’industrie pharmaceutique ont un coût social élevé. En effet le cancer coûte à la seule sécurité sociale française 17,8 milliards d’euros par an, et près de 120 milliards à l’Europe .

Alors que faire ?

(Se) soigner autrement

Pour découvrir des traitements plus efficaces, le Dr Schwartz prône une nouvelle vision de la médecine et de la santé . « Que celle-ci ne soit plus fondée sur les organes touchés mais sur les processus incriminés, en l’occurrence, les facteurs évoqués dans les recherches du cancer. On citera la pression, le rendement énergétique, l’acidité et la salinité du milieu cellulaire. »

Trop longtemps, nos écoles de médecine ont suivi une logique de spécialisation. L’un s’occupe du foie, l’autre du cœur, encore un autre des jambes, etc. Or ce « découpage » du corps humain nous obstrue la vue, car tous les organes du corps sont interdépendants les uns des autres. Il est donc plus juste d’avoir une vision « globale » du corps humain pour mieux le comprendre et le soigner.

Enfin, le Dr Schwartz encourage les patients à se sentir responsable face à leur maladie, autrement dit de ne pas être simplement passif face au médecin. Car pour que le cancer ne soit plus un sujet de profit, mais une maladie aussi bénigne que la grippe, « Les malades ne peuvent plus être les grands absents de cette lutte. Ils doivent au contraire être les principaux acteurs de la révolution à venir. C’est pourquoi j’ai pris la décision de divulguer les traitements que j’ai mis au point et de proposer aux malades des alternatives. »

Une démarche que l’on ne peut que saluer !

Source : Dr Laurent Schwartz, « La fin des maladies ? », éditions LLL, 2019
écrit par

Amal

Santé & Bien-être

Prospective & économie

Vitalité & bien vieillir

2 commentaires
  • Répondre Hélène
    • mercredi 5 juin 2019
    • 20 h 26 min

    très impressionnant, des informations riches en attente de vous lire 🙂

    • Répondre Dubyk
      • jeudi 6 juin 2019
      • 7 h 52 min

      Je pense que tous on est en attente !! Je sais qu il y a eu des dons pour l avançée de ces travaux !! Mais va t on vraiment guérir !! Car j en ai marre qu à chaque molécule sortie par big pharma c est toujours compté en mois de survie sans progression et on entend jamais cela va vous guérir !! Donc ils ne désirent pas nous guérir mais entretenir la maladie !! Alors M SCHWARTZ j espère que votre désir c est vraiment de nous GUÉRIR et que votre autitre annonciateur’pour nous les malades LA FIN DES MALADIES ne sera pas un doux rêve pour nous !! Ce serait cruel !! Il apparaît dans une de votre vidéo que vous êtes prés du but !! Alors je vous dis mille merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Instapics

Restez connecté ! RECEVEZ QUOTIDIENNEMENT LES DERNIERES NEWS PLEINES DE BONHEUR !

Restez connecté !

Recevez quotidiennement les dernieres news pleines de bonheur !