back to top
Recherche
  1. Home
  2. /
  3. Relations interpersonnelles, Savoir être, Confiance en soi, Lâcher-prise
  4. /
  5. Comment ne plus avoir peur du regard des autres ?

Comment ne plus avoir peur du regard des autres ?

  • mis à jour le jeudi 14 mai 2020
  • 4 Min de Lecture

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

comment-ne-plus-avoir-peur-du-regard-des-autres

La bave du crapaud ne devrait pas atteindre la blanche colombe

L’actualité des plateaux TV faisant une large place à la question de la violence depuis ses derniers mois, nous allons en aborder une forme ici : celle de porter un jugement négatif sur autrui.

Car bien que cela fasse moins de bruit qu’une gifle ou un coup de poing, la peur d’être jugé est commune à tous. Un jugement acide ou un regard méprisant peuvent avoir des conséquences lourdes sur la vie d’un individu : un malaise qui s’accompagne d’un sentiment de dévalorisation ou d’infériorité, un repli sur soi et sa zone de confort et une image de soi négative et limitée. Ces dégâts sont, bien sûr, plus importants quand cette parole ou ce regard viennent de la part d’un proche.

Ceux qui subissent (ou ont subi) ces mesquineries ont oublié le dicton proverbial rappelant que la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe. Quand on ne fait que suivre la voie de son cœur et de ses envies, nul crapaud ne devrait venir nous déstabiliser.

La première clé pour dépasser le regard et le jugement des autres est donc celle-ci : avoir confiance en soi et en la justesse de ses choix de vie pour soi.

comment-ne-plus-avoir-peur-du-regard-des-autres

Mais avant de vous en dévoiler plus, arrêtons-nous sur le cas du baveux crapaud et de ses motivations.

Qui juge et pourquoi ?

Mal-être et désamour de soi

Les juges ici sont des personnes prisonnières de leurs émotions négatives et dont l’ego est blessé. Pour le dire très simplement : ces personnes ne s’aiment pas et imaginent que ce sentiment est partagé par le plus grand nombre.

La meilleure défense étant l’attaque, celui qui se permet de se moquer sans gêne ou d’avoir des opinions méprisantes est celui-là même qui redoute plus que tout d’être jugé. En parallèle, pour que le mal-être soit plus supportable à vivre, il se concentre son attention sur l’autre. C’est une stratégie d’évitement classique pour ne pas avoir à faire face au regard intransigeant qui est le sien.

La peur de l’inconnu

Les juges sont aussi les peureux qui ne supportent pas l’idée même de changement. Rien que d’y penser, une angoisse irrationnelle et excessive les prend à la gorge. L’exemple classique en littérature est le père médecin ou avocat qui critique sévèrement le choix d’un fils porté sur une carrière artistique ou manuelle.

La jalousie

Cette dernière motivation est liée aux deux autres. Les juges sont les jaloux qui ont aussi envie de trouver leur voie d’épanouissement mais n’osent pas le faire pour une raison qui leur appartient. Celle-ci est toujours une souffrance affective durant l’enfance (ou l’adolescence) engendrant une blessure narcissique qui perdure dans le temps. Tant que l’enfant intérieur est meurtri, il est difficile de totalement s’épanouir et d’être heureux.

Que nous révèlent les motivations profondes du crapaud ? Qu’il est vital de prendre conscience d’une chose fondamentale : au niveau de l’inconscient, quand les gens parlent ou se font une opinion, leurs propos ne reflètent qu’eux et leurs problèmes. Leurs remarques, finalement, ne nous concernent pas. C’est en étant fort de cette connaissance, et avec la pratique des 5 clés suivantes que la peur du jugement peut disparaitre.

5 astuces pour dépasser et se libérer du regard de l’autre

  1. Dresser la liste des raisons qui vous ont poussé à faire des choix qui vont susciter des remarques

Non seulement, cette liste vous rappelle vos motivations, et vous n’aurez pas non plus à rougir devant vos détracteurs en sachant quoi leur répondre. Cela vous offre le double avantage de vous donner confiance pour parler et vous déterminer.

  1. Faire le tri dans les remarques

Ne tenez compte que de celles qui vont vous permettre d’évoluer. En même temps, souvenez-vous que personne ne détient la Vérité, alors inutile de vous encombrer l’esprit avec des croyances limitantes. Se poser les bonnes questions est toujours profitable, ainsi que faire confiance à son intuition.

  1. Se blinder émotionnellement et mentalement pour oser être soi

Blindez-vous, il n’y a pas d’autre solution pour affronter le regard des autres. Blindez-vous d’autant plus quand le jugement vient de l’entourage proche. Car le lien affectif peut aveugler.

comment-ne-plus-avoir-peur-du-regard-des-autres

Pour le vaincre, tout va être une question de tempérament. Soyez distant émotionnellement afin de rester le maître de vos sentiments et qu’ils ne deviennent pas un obstacle à votre épanouissement. Par ailleurs, évitez également de faire des suppositions en anticipant la réaction des autres à notre égard, qui peuvent se révéler complètement fausses.

  1. Orienter son esprit vers le positif

Il faut avoir un mental blindé, mais également positif. Orientez-vous sur  les choses positives en faisant la sourde oreille aux commérages.

  1. Être dans l’action

Enfin pour oublier les autres, la dernière astuce constructive et rationnelle est de se plonger dans l’action.

Pour vous aider à pratiquer ces différentes clés, notamment si vous êtes particulièrement sensible, voici un petit exercice d’imagination approprié.

Petit exercice pour se protéger des jugements négatifs

Pour ne plus vous laisser atteindre par les remarques négatives, visualisez une vitre pare-balles devant et tout autour de vous. Toutes les remarques, les regards et les projections rebondissent sur la vitre sans vous nuire. Vous vous sentez protégé et en sécurité. Pour être à l’aise encore davantage, vous pouvez augmenter l’épaisseur de la vitre.

Avant de nous quitter, rappelons-nous toutefois de faire montre de bienveillance à l’égard de nos juges. Ils sont les premières victimes de leur tribunal où règnent leurs peurs et un esprit fermé, emprisonné dans un carcan socio-culturel quelconque. Jusqu’à ce qu’eux aussi se fatiguent de ruminer et trouvent le chemin de la remise en question et du lâcher-prise (avec l’aide d’un psy si nécessaire).

Source : Malory Malmasson, Soul Dating, Editions Massot, 2018
écrit par

La rédaction

Relations interpersonnelles

Savoir être

Confiance en soi

Lâcher-prise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Instapics

Restez connecté ! RECEVEZ QUOTIDIENNEMENT LES DERNIERES NEWS PLEINES DE BONHEUR !

Restez connecté !

Recevez quotidiennement les dernieres news pleines de bonheur !