back to top
Recherche
  1. Home
  2. /
  3. Éducation, Époque, Société
  4. /
  5. Cyber-harcèlement : comment dompter les Trolls ?

Cyber-harcèlement : comment dompter les Trolls ?

  • mercredi 15 mai 2019
  • PREMIUM
  • 8 Min de Lecture

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

cyber-harcelement-comment-dompter-les-trolls

Qui sont les Trolls ?

L’attaque des Trolls

Si vous êtes abonné aux comptes sociaux, vous avez dû forcément croiser des Trolls. Peut-être vous ont-ils attaqué, intrigué ou causé beaucoup de mal comme Stéphanie de Vanssay.

Cette enseignante navigue sur les réseaux sociaux pour partager des idées et des méthodes d’éducation alternative en lien avec le changement numérique. Elle a ouvert un compte Twitter sur le sujet où arrivèrent une bande de Trolls anti-pédago qui vinrent semer une guerre psychologique et la harceler avec une flopée de tweets agressifs et insultants.

Touchée, mais pas coulée par ces Trolls, Stéphanie de Vanssay s’est redressée pour étudier de près ces individus qui se métamorphosent en diable derrière leurs écrans pour apprendre à mieux les connaître, et peut être à mieux les comprendre.

Les 4 profils de Trolls

Antonio Casilli, sociologue, a consacré un article sur les Trolls dans lequel il distingue 4 principaux profils :

1. Le pur et dur.

C’est le Troll classique, bête et méchant, qui inonde de commentaires pourris les médias sociaux qu’il fréquente.

2. L’hybride.

Celui-là fait double emploi. En plus de troller, il complète sa néfaste entreprise avec le hack (détournement du compte) ou le fake (répandre des fake news).

3. Le Troll malgré lui.

Cela arrive quand des utilisateurs sont convaincus d’avoir affaire à des trolls. Pour se défendre, ils attaquent avec la même agressivité et ne sont pas conscients qu’ils trollent eux-mêmes.

4. Le militant.

C’est le client furieux de la prestation d’un service, qui faire connaître sa colère à l’entreprise coupable en lui envoyant un tourbillon de messages rageux sur son compte Facebook.

Les Trolls derrière l’écran

A les lire, les Trolls paraissent être des gens parfaitement abominables et infréquentables. Il n’en est pourtant rien une fois qu’on les a en face de soi. Stéphanie de Vanssay a eu l’occasion de le vérifier par elle-même en allant directement affronter ses Trolls. Derrière des mots impitoyables, se trouvaient des personnes craintives et seules.

En clair, les Trolls sont plus pathétiques que dangereux. « Le roc semble être un roc et semble tout assumer, même l’inacceptable, cependant il est très souvent caché derrière un pseudo et n’assume en fait pas grand-chose. » C’est exactement le même comportement que celui qui se donne un joli masque social que pour mieux cacher sa timidité et son mal-être.

Les personnes attentives reconnaissent quand cela sonne faux. Pour ce qui est des Trolls, le masque n’a plus lieu d’être, parce que pour beaucoup, ce qu’il se passe sur les réseaux sociaux n’est pas la réalité. Donc pour eux cela n’existe pas.

La double vie des Trolls

Cette impression de participer à une fiction quand ils naviguent sur les réseaux sociaux explique pourquoi beaucoup de Trolls ne sont pas conscients de ce qu’ils provoquent chez leur victime. Pour eux les réseaux sociaux n’ont aucune réalité, mais pour leur victime c’est une blessure bien réelle. Stéphanie de Vanssay raconte : « J’ai assisté à une audience où deux personnes étaient poursuivies pour « appel au viol » ou « appel au meurtre » en ligne et j’ai constaté que leurs « explications » semblaient sincères. […] les deux hommes semblaient sidérés d’avoir été identifiés et d’être poursuivis pour des propos tenus sur Internet, comme si ces derniers n’étaient pas réels. ».

Si ce n’est pas pour réellement blesser les gens, alors par quoi est-on motivé quand on veut troller ?

Que veulent les Trolls ?

Pourquoi on trolle ?

D’après les recherches de Stéphanie de Vanssay, voici les principales motivations qui animent les Trolls :

  • Le goût du jeu
  • La recherche de l’attention
  • L’effet domino : avoir le plus grand effet possible pour la plus petite action
  • Le plaisir de la transgression
  • Le plaisir de faire perdre du temps aux autres
  • Evacuer sa haine

Il est intéressant de noter qu’à part évacuer sa haine, les autres motifs ne sont pas voués à ce que les Trolls soient particulièrement agressifs. On peut jouer avec les autres, rechercher l’attention en faisant le pitre. On peut également choquer (le plaisir de la transgression) sans appeler au meurtre ou au viol.

En clair, pourquoi les Trolls se montrent ils aussi virulents ?

Pourquoi les Trolls se lâchent sur le web ?

  • L’anonymat.

Personne ne nous connaît, on sort de l’étiquette de « timide de service » pour oser affirmer ses positions. La meilleure défense étant l’attaque, ils sortent les dents.

  • L’invisibilité.

Personne ne nous voit, ce qui met davantage en confiance pour se dévoiler.

  • L’invisibilité de l’autre.

Parce qu’ils ne voient pas le visage de leurs interlocuteurs, pour certains Trolls, les utilisateurs des réseaux sociaux sont des abstractions plus que des gens réels. Inconsciemment, ils ont l’impression que tout se passe dans leur tête, ce qui est propice à la désinhibition.

  • L’impression d’irréel.

C’est l’idée que ce qu’il se passe en ligne n’est pas réel. Le sentiment de responsabilité civile et sociale s’envole et on ne retient pas ses coups.

  • L’absence d’autorité.

Il n’y a pas réellement de police du web, et les Trolls restent assez impunis pour leurs méfaits. Deux raisons pour lesquelles ils se permettent de dépasser les limites, qu’ils ne franchissent pas une fois qu’ils sortent de chez eux.

Arrivé à ce stade, on comprend que les Trolls ne sont pas de dangereux psychopathes. Ce sont des gens pas forcément heureux dans leur vie, fatigués et frustrés. Leur impulsivité témoigne d’un mental préoccupé et débordé, on peut alors comprendre pourquoi ils ne réfléchissent pas à ce qu’ils font. Leur moyen d’évacuer leur frustration c’est de troller.

Toutefois, si cela peut engranger de graves répercussions psychologiques sur leur victime et qu’ils entravent l’ensemble de la communauté qui souhaite juste communiquer en bonne intelligence, Antonio Cassilli note qu’il y a des bons côtés à la présence des Trolls.

Le bon côté des Trolls

« Le troll est somme toute utile, car son action permet au groupe de fixer la norme de ce qui est acceptable ou non. Au-delà de ces aspects, le troll contribue à définir la communauté et l’aide même parfois à vivre. » Si les membres du groupe sont trop sur la retenue, la présence d’un volcanique Troll sans complexe aide à délier la parole.

Pour éviter que le Troll sème la zizanie, il faut savoir le cadrer et lui répondre s’il nous attaque. Tâche des plus difficiles. Car concrètement, converser avec un Troll revient à discuter avec un adolescent grossier en pleine crise de rébellion.

Alors comment répondre aux Trolls sans prendre de l’aspirine dans les 30min qui suivent ?

Comment répondre au cyber-harcèlement et aux Trolls ?

Cet article est réservé aux abonnés à la newsletter

Il vous reste 43% de cet article à lire
Vérifiez votre e-mail ou inscrivez-vous gratuitement !
écrit par

Camille

Éducation

Époque

Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Instapics

Restez connecté ! RECEVEZ QUOTIDIENNEMENT LES DERNIERES NEWS PLEINES DE BONHEUR !

Restez connecté !

Recevez quotidiennement les dernieres news pleines de bonheur !