Le bonheur comme état d'esprit !

des news toutes les semaines ça fait plaisir !
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :)



S'inscrire
back to top
Recherche

Le secret des centenaires

  • mardi 15 mai 2018
  • 3 Min de Lecture

Tout est dans la tête et le sourire

Pourquoi certaines personnes décèdent à 60 ans, à 80 ans et d’autres encore à 100 ans ? Et pourquoi depuis 30 ans, le nombre de nonagénaires et de centenaires augmente-t-il si rapidement ? En réalité, la baisse de mortalité touche surtout ceux de constitution plus résistante, alors que les personnes les plus fragiles n’atteindront pas l’âge de 100 ans. Ils sont épargnés des maladies liées à l’âge jusqu’à l’âge de 90 ans ou plus, et ne souffrent pas d’incapacité majeure. En gros ils sont autonomes. Leur surprenant bon état de santé a intrigué les chercheurs, qui sont allés jusqu’à examiner l’intérieur des corps pour savoir ce qu’il s’y trame. Ils n’y ont observé aucun signe de cancer, d’altération importante des artères et des vaisseaux, ni d’atrophie cérébrale. En revanche, on trouve souvent plusieurs cicatrices sur les organes : calcifications cardiaques et pulmonaires, excroissances osseuses et ostéoporose, ou encore tassement vertébraux. Beaucoup de centenaires n’ont pas eu la vie facile et tous ne se sont pas soumis au même régime. Certains sont sveltes, d’autres ont de l’embonpoint, certains fument, boivent de l’alcool quand d’autres n’y touchent pas, certains pratiquent un régime alimentaire méditerranéen, d’autres non. Aussi surprenant soit-il, ce n’est donc pas dans les conditions de vie qu’il faut aller chercher le trait commun aux centenaires, mais dans leurs personnalités.

1. Disciplinés dans leur hygiène de vie

Les centenaires sont des personnes attentives à leur hygiène de vie et favorisent les habitudes et les comportements pour prendre soin de leur santé, en évitant les comportements à risque tels que la consommation excessive de tabac et d’alcool. Souvenez-vous de l’étude menée par le gérontologue Makoto Suzuki auprès de la population de centenaires d’Okinawa, ils prennent le soin d’écouter leur corps, conscients que c’est une des clés de leur bon état de santé.

2. Extravertis et ouverts aux autres

Une attitude souvent très active, empathique et ouverte sur les autres, quel que soit leur âge, aident à maintenir du lien social. On se sent ainsi toujours adapté à la vie quotidienne, en dépit du déclin physique et des maladies. Par ailleurs, un caractère joyeux, optimiste et positif ne peut que contribuer à agir sur le stress, en réduisant directement la libération des hormones du stress dans le cerveau et tous les organes. Le bonheur est un état d’esprit, la longévité aussi.

3. Résiliés face aux épreuves de la vie

Etre capable d’encaisser les coups de la vie, de rebondir et d’avancer (en chantant), voilà ce qu’est la résilience. C’est accueillir toutes les choses de la vie, les challenges comme les trésors, sans jamais fermer ni baisser les bras. La résilience est la preuve d’une force intérieure, et l’un des derniers traits de nos centenaires. En analysant les scores de plus de 4000 nonagénaires et de 3000 centenaires Chinois, le groupe de Ke Shen à Pékin démontra que le score de résilience s’améliore en fonction de l’âge et est le plus élevé chez 70 % des centenaires contre 40 % des nonagénaires. Par ailleurs, les nonagénaires dont le score est élevé ont 2 fois plus de chances de devenir centenaires que les autres. La résilience comme l’optimisme nous rend plus aptes à ressentir davantage d’émotions positives, ce qui détermine la baisse de production des hormones du stress et contribue à nous maintenir en meilleure santé physique. Pour certains biologistes, optimisme, résilience et soin de soi sont un trio gagnant contribuant à aider et à entretenir la bonne santé et résistance de nos cellules immunitaires face aux phénomènes de sénescence.

Non sans humour, Suzanne, 104 ans confessait à un journaliste qui lui demandait le secret de sa longévité : « Dieu ne m’aime pas ». Mais tout nous porte à croire que c’est le contraire, et qu’Il la laisse profiter d’une vie qu’elle aime tant. Car prendre soin de soi, être à la fois curieux, joyeux, ouvert aux autres, empathique et résilient, qu’est-ce que cela traduit d’autre qu’un amour profond pour la vie ?

Pour aller plus loin : Pr Bernard Sablonnière, « L’espoir d’une vie longue et bonne », Odile Jacob, 2018
écrit par
La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires