back to top
Recherche
  1. Home
  2. /
  3. Prospective & économie, Société
  4. /
  5. 20 idées reçues sur l’état du monde en 2017

20 idées reçues sur l’état du monde en 2017

  • mis à jour le mardi 7 mai 2019
  • 7 Min de Lecture

/ 5.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

20 idées reçues sur l’état du monde en 2017

Ne croyez pas tous ce que l’on vous raconte

Directeur de l’Institut des relations internationales et stratégique (IRIS), Pascal Boniface est un invité privilégié des plateaux TV pour nous décrypter les problèmes complexes qui régissent les relations internationales. Alors qu’il côtoie journalistes et chefs éditoriaux, il a pu constater au cours de ses interventions que les préjugés et les idées reçues ont la peau dure. Fort de ce constat, et conscient que la TV offre peu de temps et d’espace pour présenter des opinions différentes, il a décidé de publier « 50 idées reçues sur l’état du monde ».

Sa démarche est la bienvenue, et nous rappelle une vérité : ne tenez jamais pour acquis les propos d’un soi-disant expert, et écoutez toujours « un deuxième son de cloche ». Comme vous allez le découvrir avec les 20 idées reçues suivantes, une vérité en cache souvent une autre…

À vous de juger ! 😉

1. C’est vrai, je l’ai lu dans un livre

L’Histoire est écrite par les vainqueurs, alors méfiance. Que cela soit le récit d’une bataille, d’un couronnement ou nos livres d’Histoire de collège ou de lycée, ces textes ne sont jamais neutres. Ils ont un but : légitimer le pouvoir en place et ses actions. Rajoutez à cela que personne, pas même les lettrés et autres intellectuels, n’est à l’abri de ses préjugés et de ses paradigmes.

2. Les experts aident à comprendre les évènements

Faux, l’exemple typique repris par Pascal Boniface étant les experts qui nous avaient trouvé des armes de destruction massive en Irak. Les experts ne sont pas dénués de subjectivité, ce sont des hommes ou des femmes qui ont des valeurs, une opinion et un intérêt personnel, qui influencent leur travail (consciemment ou inconsciemment).

3. Les médias contrôlent l’opinion

Les médias ne contrôlent plus rien, vu qu’ils sont discrédités. On a vu précédemment pourquoi. . D’autant plus, qu’il y a maintenant plus d’une source d’informations avec les médias alternatifs, qui se sont multipliés comme des champignons.

4. Le monde va de plus en mal

Les multiples crises nous assomment, mais c’est loin d’être pire qu’avant. « En 30 ans, ce sont 700 à 800 millions de personnes qui sont sorties du seuil de pauvreté. L’ère des grandes famines est derrière nous.» Ce n’est donc pas mal du tout, et Pascal Boniface précise d’ailleurs que depuis les années 2000, notre espérance de vie a doublé, tout comme s’est étendu l’accès à l’éducation et à l’information. Le vrai point noir pour notre expert, c’est le réchauffement climatique.

5. Il y a de plus en plus de guerres

Entre ce que l’on ressent et ce qui est, il y a quelques fois un gouffre. En 30 ans, le nombre de conflits, majeurs ou mineurs, a été réduit de moitié.

6. Il existe une communauté internationale

Pascal Boniface le résumerait ainsi « s’il existe une communauté internationale, son caractère le plus visible [est] l’impuissance ». S’il y a une cause commune, qui peut faire émerger une communauté internationale, c’est la préservation de la planète. La COP21 en est un exemple, même si nous voyons encore qu’à l’heure actuelle les intérêts (économiques) particuliers des Etats prédominent toujours l’intérêt (écologique) général.

7. La mondialisation s’impose à tous

La mondialisation (quand ce n’est pas l’Europe) est l’excuse n°1 vis-à-vis de certaines décisions politiques. Vous comprenez, si nous mettons le smic à 2000 euros, les patrons délocaliseront en Chine ou ailleurs. Or selon Pascal Boniface : « contrairement à ce que l’on entend souvent, la globalisation n’est pas un processus mécanique difficile à arrêter ; elle peut être un projet dont les contours seront déterminés par des choix politiques […] L’enjeu de la mondialisation, c’est sa régulation ». Ceux qui disent qu’elle est impossible à diriger, ou à réguler, veulent que cela soit le cas.

8. Il y a un complot pour diriger le monde

Entre la naïveté et la paranoïa, il y a un juste milieu. Les Etats ou autres entités (religions, cercles idéologiques) ont des stratégies d’influence, et c’est tout ce qu’il y a de plus logique. Mais bonne nouvelle, comme nous vivons dans un monde multilatéral, plus personne ne peut faire plier le monde entier à lui seul, pas même les USA. Alors si complot il y a, ce serait à mettre au pluriel, parce qu’il y a trop d’acteurs aux enjeux et aux intérêts différents.

9. Ce sont les firmes multinationales qui dirigent le monde

Ce qui fait la force des multinationales, fait aussi leur faiblesse. Quand l’opinion publique est écœurée de voir ces firmes sous-payer leurs employés des pays du Sud et ravager l’environnement, elle les boycotte. Les entreprises en souffrent, et savent qu’à long terme, continuer une telle politique, c’est signer leur propre perte.

10. Le monde occidental est en danger

Quand 1/6 de la population s’accapare les 5/6 de la richesse mondiale, un rééquilibrage était inéluctable, mais perdre de sa puissance n’est pas mourir. Le monde occidental n’est donc pas en danger.

11. La Chine va dominer le monde

Avec ses 7 à 10% de croissance et ses investissements sur tous les continents, ses sièges au Conseil de Sécurité des Nations Unies, à l’OMC et au G20, effectivement la Chine déploie ses ailes et impressionne le monde. Mais elle n’est pas à l’abri pour autant d’une menace de l’éclatement d’une bulle spéculative et de revendications politiques et sociales. Sans parler des deux défis majeurs que la Chine aura à relever : la pollution et le vieillissement de sa population.

12. L’Allemagne domine l’Europe

Avec ses solides PME et ses régions industrielles, l’Allemagne est celle qui s’en sort le mieux dans l’UE. Mais l’Allemagne est consciente qu’elle doit s’ancrer dans une UE puissante avec un couple franco-allemand fort, car c’est la « meilleure condition pour sa puissance et sa prospérité ». Pour Pascal Boniface, si l’Allemagne montrait des ambitions de dominer complétement l’UE, elle n’en sortirait absolument pas gagnante.

13. Le Brexit est une catastrophe pour l’UE

Ça serait plutôt l’inverse, et ce, à plus d’un titre. D’une part, l’Ecosse est très attachée à l’UE, garante de la protection de sa langue et de sa culture. Il n’est donc pas impossible que la Grande Bretagne perde l’Ecosse, et à ses yeux ce serait une grave perte historique. Enfin et surtout, la Grande Bretagne n’est plus intéressante pour les USA, parce qu’elle les « prive d’un allié libéral au sein de l’UE ».

14. La démocratie peut s’exporter

C’est oublier qu’entre 1789 et 1945, la France a alterné entre républiques, royautés et empires, des régimes tous plus ou moins répressifs. Le processus démocratique est très long, il se fait sur plusieurs générations, avec un accès toujours plus important à l’éducation et à l’information.

15. La Russie ne peut être gouvernée que par un régime fort

Aussi dur et terrible qu’avait pu être le régime soviétique pour son peuple, celui-ci a vécu son effondrement et l’intronisation de la démocratie comme une humiliation. Il faut du temps pour qu’une culture démocratique s’implante. Et c’est ce que nous voyons apparaitre en Russie, où une classe moyenne se forme, critique et conteste Poutine.

16. L’Islam est incompatible avec la démocratie

Que faire alors de l’Indonésie, de la Tunisie ou de la Palestine ? Ce sont des pays musulmans et démocratiques. C’est donc une idée complétement fausse, d’ailleurs Pascal Boniface nous rappelle non sans ironie qu’au Moyen Orient, « Les dictatures ont été soutenues par les Occidentaux au nom de la lutte contre l’islamisme et le communisme ».

17. L’Afrique n’est pas mûre pour la démocratie

Le Sénégal, le Ghana, le Botswana et le Benin sont des démocraties. Et de même qu’au Moyen-Orient, jusque dans les années 1990, les démocraties occidentales ne voyaient aucun problème à parler ou faire affaire avec des dictateurs, tant que ceux-ci restaient sourds aux sollicitations de l’URSS. De plus, Pascal Boniface rappelle que dans ces mêmes années, « la chute du prix des matières premières et de la rigueur budgétaires imposées par les institutions financières mondiales » ont gravement déstabilisé l’Afrique socialement et politiquement. Il n’empêche que même si le processus démocratique a été perturbé, la diffusion de l’éducation et de l’information s’intensifie, gage de l’apparition d’une classe moyenne, et d’une démocratie.

18. Israéliens et Arabes ne pourront jamais être en paix

L’Egypte, la Jordanie et plus récemment l’Arabie Saoudite, ont montré que les Israéliens pouvaient être reconnus comme Nation. Plus intéressant encore, selon les sondages, 2/3 des Israéliens acceptent l’idée de la fondation d’un Etat palestinien, et côté palestinien, même son de cloche : on est prêt à reconnaitre Israël. Mais avec la colonisation brutale d’Israéliens sur le territoire palestinien, plus les déclarations de Trump, la paix n’est pas encore pour demain.

19. L’Islam est la source du terrorisme

Pascal Boniface le résume très bien : «le terrorisme n’est pas génétique, ou civilisationnel : il est stratégique ». Nos résistants sous l’occupation allemande étaient considérés comme des terroristes ou des héros, selon les points de vue, mais pas du tout musulmans. Le terrorisme est la stratégie adoptée par ceux qui ne peuvent entrer dans le rapport de force directement, tout simplement.

20. Le réchauffement climatique sera évité grâce aux progrès technologiques

C’est un mythe typiquement américain, en la croyance d’une supériorité technologique et du génie humain pour y arriver. Mais ce mythe écarte de la scène les pays qui ne pourront se permettre de développer une telle technologie. De plus, tous les spécialistes le disent : si le réchauffement climatique peut être évité, ce sera grâce aux changements de comportement et de mode de vie, et non aux progrès technologiques.

Must read : Pascal Boniface, 50 idées reçues sur l’état du monde, Armand Colin, 7e édition, 2017
écrit par

Amal

Prospective & économie

Société

1 commentaire
  • Répondre Valabregue
    • jeudi 21 décembre 2017
    • 18 h 40 min

    Honnêtement je trouve cet article bof bof . Les démocraties en Afrique et dans les pays musulmans sont très faibles et minoritaires. l’ère des grandes famines est derrière nous ? Il reste beaucoup de gens qui sont sous le seuil de la pauvreté. Rien sur les bulles financières. Les pbs de démographie de migrations climatiques. sur les suicides dans le monde, sur les océans, sur la religion industrielle. Bref je suggère que Blooming you se branche sur des prospectivistes plus sérieux comme Thierry Gaudin site 2100.org et accesoirement j’enverrais une contribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




envoyer
Articles Similaires
Instapics

Restez connecté ! RECEVEZ QUOTIDIENNEMENT LES DERNIERES NEWS PLEINES DE BONHEUR !

Restez connecté !

Recevez quotidiennement les dernieres news pleines de bonheur !